Après deux mois de hausse, la mortalité en France a baissé au mois de mai

  • A
  • A
Déconfinement
Entre le 1er et le 18 mai, 27.218 décès ont été enregistrés sur le territoire, soit 6% de moins qu'en 2019. © AFP
Partagez sur :
Les dernières données publiées par l'Insee vendredi qu'après plusieurs semaines de hausse, le nombre de décès a retrouvé ses niveaux de mai 2019 et mai 2018.

Après plusieurs semaines de hausse du nombre des décès, notamment dans les régions les plus touchées par le coronavirus, la France retrouve en mai les mêmes niveaux de mortalité qu'en 2019 et 2018, selon des chiffres publiés vendredi par l'Insee.

 

Entre le 1er et le 18 mai, 27.218 décès ont été enregistrés sur le territoire, soit 6% de moins qu'en 2019 et 1% de moins qu'en 2018, selon des chiffres encore provisoires. "Depuis le 1er mai, on ne constate plus en France d'excédent de mortalité par rapport aux deux années précédentes", explique l'Insee dans une publication hebdomadaire basée sur les données de l'état-civil, qui ne détaillent pas les causes des décès.

Mortalité supérieure en Île-de-France

Aux mois de mars et avril, la mortalité a fortement augmenté en France, avec un pic constaté fin mars-début avril. Dans les régions les plus touchées par l'épidémie de coronavirus, le nombre de décès constatés depuis début mai décroît également : dans le Grand-Est, 4% de décès en moins entre le 1er et le 18 mai par rapport à 2019 et 3% de plus par rapport à 2018, dans les Hauts-de-France -3% par rapport à 2019 et +4% par rapport à 2018, et en Bourgogne Franche-Comté -1% et +8%. 

 

La mortalité reste en revanche un peu supérieure en Île-de-France : +6% par rapport à 2019 et +4% par rapport à 2018. Pour rappel, la hausse pour la période du 1er mars au 30 avril est de 89% par rapport à 2019. Ainsi, les décès sont encore en légère hausse dans tous les départements franciliens, sauf les Yvelines (-10% par rapport à 2019).

La première quinzaine de mai, la baisse est également forte en Corse du Sud (-20% par rapport à 2019), les Vosges (-19%), la Haute-Saône (-16%), le Rhône (-11%) et la Moselle (-9%), des départements particulièrement touchés par le virus.