Coronavirus : 28.714 morts en France, le reflux épidémique se poursuit

, modifié à
  • A
  • A
Le nouveau bilan en France dépasse les 28.700 morts.
Le nouveau bilan en France dépasse les 28.700 morts. © AFP
Partagez sur :
Au lendemain des annonces d'Édouard Philippe sur la "phase 2" du déconfinement, la France se prépare à une nouvelle levée des restrictions à partir de mardi. Ces décisions vont permettre à la population de souffler, avec une première ouverture des parcs et des jardins à Paris, samedi. En revanche, la situation s'est dégradée sur le front de l'emploi. Suivez l'évolution de la situation en direct.

La France se prépare à vivre, dès mardi prochain, une nouvelle phase du déconfinement, qui concerne des secteurs entiers de la société française. Édouard Philippe a détaillé jeudi une liste de mesures pour s'adapter au reflux de l'épidémie, avec un recul persistant du nombre de personnes en réanimation, malgré 28.662 morts en France depuis le 1er mars.

Mais si la société commence à respirer avant de reprendre à terme un fonctionnement normal, l'économie continue de souffrir d'une baisse considérable de l'activité. Le chômage a explosé en avril, avec une hausse de 22% du nombre de demandeurs d'emploi par rapport à mars. Suivez l'évolution de la situation en direct.

Les informations principales à retenir :

  • Le reflux épidémique se poursuit en France, 28.714 morts au total
  • Un large déconfinement se prépare, dès mardi prochain
  • Le nombre de chômeurs a explosé avec +22% en avril
  • Renault a officialisé 4.600 suppressions d'emplois en France
  • Tous les parcs et jardins rouvrent samedi à Paris
  • Plus de 100.000 morts aux États-Unis, 355.000 dans le monde

Plus de 28.700 morts, mais le reflux épidémique se poursuit

Comment expliquer le large déconfinement annoncé jeudi ? D'abord par les "bons résultats" sur le front de l'épidémie qui recule jour après jour, selon les mots d'Édouard Philippe. Le coronavirus a déjà provoqué la mort de 28.714 personnes vendredi en France, dont 61 de plus dans les hôpitaux en 24 heures. En réanimation, "1.361 malades atteints d’une forme sévère de coronavirus sont hospitalisés", selon la Direction générale de la santé, soit 68 personnes en moins par rapport à la veille.

Où pourra-t-on voyager cet été ?

Une chose est certaine : il sera possible cet été de partir en vacances n'importe où en France, puisqu'il n'y aura plus, dès le 2 juin, de limite de déplacement à 100 kilomètres à vol d'oiseau de son domicile. Mais quid des voyages vers les Outre-mer, les autres pays européens ou plus loin encore, alors que l'épidémie de coronavirus, si elle reflue, sévit toujours ? Jeudi, lors de la présentation de la deuxième phase du déconfinement, l'exécutif a donné quelques éléments de réponse. On vous explique tout ici.

Vendredi matin, Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, en charge du tourisme, a fait le point, avec un mot d'ordre, martelé : "priorité à des vacances en France !". Voici ce qu'il y a à retenir de son interview.

De nombreux assouplissements dès mardi…

A l'approche de la période estivale, le gouvernement a levé à partir de mardi l'interdiction de se déplacer à plus de 100 km de son domicile, qui n'a "plus de justification". Également très attendue, la réouverture des cafés, bars et restaurants sera possible dans les départements "verts" à compter du 2 juin. Mais "seules les terrasses" de ces établissements rouvriront dans les "zones oranges". La relance de ce secteur, qui est "une partie de notre art de vivre", est "capitale pour notre économie et pour l'emploi", a souligné Édouard Philippe. On vous résume l'ensemble de ces annonces ici.

Vendredi matin, Europe 1 a recueilli la réaction d'Alain Joyes, restaurateur à Palavas-Les-Flots : "La règle de la séparation d'un mètre entre les tables va en général couper de 50% la possibilité de fréquentation des établissements." Mais, malgré cela, "je pense qu'il y aura du monde", conclut-il. 

Des nouveautés aussi sur le front de l'éducation, puisque les écoles et collèges de France métropolitaine rouvriront en juin, ainsi que les lycées des départements classés verts, avec le maintien d'un strict protocole sanitaire. Mais certains élèves ne pourront être accueillis, ce qui provoque la déception des parents. Découvrez notre reportage ici.

Au lendemain du week-end de la Pentecôte, les Français retrouveront également le plaisir d'aller sur l'ensemble des plages, dans les musées et monuments mais aussi dans les parcs et jardins, notamment à Paris où leur réouverture était réclamée avec force. Une décision qui, a semble-t-il, généré un peu de friture entre Emmanuel Macron et Edouard Philippe, comme on vous l'explique vendredi matin dans cet article.

… mais des restrictions qui demeurent

Signe de prudence, les rassemblements resteront toutefois "limités à 10 personnes" dans l'espace public. Les événements culturels et sportifs resteront donc suspendus, et les discothèques, cinémas, salles de jeux, stades, hippodromes resteront ainsi fermés au public jusqu'au 22 juin au moins.

Pas de masque imposé dans les espaces verts parisiens, rouverts samedi

L'adjointe à maire de Paris Pénélope Komitès a confirmé vendredi après-midi la réouverture de "tous les espaces verts" parisiens dès samedi, sans attendre le début de la phase 2 du déconfinement, mardi. 

"L'usage dynamique" des espaces verts ne sera pas imposé ; il sera donc possible de se regrouper de manière statique, mais pas à plus de 10 personnes, et en respectant les gestes barrières. Le port du masque n'est pas imposé, mais recommandé, tandis que les pique-nique ne seront pas interdits.

Les châteaux de Versailles et Chambord fermés ce week-end

Le château, le musée et le domaine de Versailles vont rester fermés ce week-end, ont indiqué vendredi sur Twitter les gestionnaires de ce lieu emblématique du tourisme français. La réouverture du château est prévue le samedi 6 juin, soit un jour après celui de Chambord.

L'économie en grande difficulté, 4.600 emplois supprimés chez Renault

L'urgence pour l'exécutif est aussi de relancer la machine économique alors que le chômage a bondi de 22% en avril avec 843.000 demandeurs d'emploi supplémentaires, a annoncé jeudi Pôle emploi. "C'est malheureusement historique", a déploré Édouard Philippe. En prévenant que la France allait "devoir se battre contre l'impact d'une récession historique".

Une annonce complique encore la donne : le constructeur automobile français Renault, en difficulté financière, a annoncé vendredi matin la suppression d'environ 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France, dans le cadre d'un plan d'économies de 2 milliards d'euros sur trois ans. On vous explique tout ici.

Plus de 355.000 morts dans le monde, 100.000 aux États-Unis

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 355.736 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP. Les États-Unis, qui ont recensé leur premier décès lié au coronavirus début février, sont le pays le plus touché avec plus de 100.000 décès. 

Plus de 5.705.890 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l'épidémie, dont au moins 2.280.300 sont aujourd'hui considérés comme guéris.