À Marseille, les commerçants espèrent échapper au couvre-feu anticipé

  • A
  • A
Marseille
Marseille pourrait être concernée par le couvre-feu anticipé. © AFP
Partagez sur :
Alors que la liste des nouveaux départements concernés par le couvre-feu anticipé doit être connu d'ici à dimanche, les Bouches-du-Rhône, et avec elles Marseille, pourraient subir un nouveau tour de vis. "Une catastrophe" pour les commerçants de la deuxième ville de France. 
REPORTAGE

"C'est la plus grosse heure de la journée." L'ombre d'un couvre-feu avancé à 18 heures fait peur aux commerçants marseillais. Si la liste des départements concernés par ce nouveau tour de vis n'est pas encore connu, les Bouches-du-Rhône, pourrait faire partie de ces territoires qui, d'ici à dimanche, devront se confiner dès 18 heures. Une décision qui auraient des conséquences économiques désastreuses rappelle au micro d'Europe 1 Luc Mengual, de la confédération des petites et moyennes entreprises. 

"Ça va empêcher un peu plus de vivre" 

"À cette heure-là les gens sortent du bureau et viennent faire leurs courses. Donc on va perdre entre 10% et 20% de chiffre d'affaires", affirme-t-il. Et d'anticiper que cette baisse va se répercuter "sur les fournisseurs, les transports", et in fine "à toute l'économie". "Ça change la vie", abonde de son côté, Jean-Luc Chauvin, président de la Chambre de commerce et d'industrie. "Ça va empêcher un peu plus de vivre et contraindre tout le monde à des organisations différentes."

"C'est la catastrophe !"

Une inquiétude qui se retrouve également sur le terrain, notamment sur l'emblématique Canebière où une buraliste ne comprend pas vraiment l'intérêt de la mesure. "Actuellement c'est très compliqué, on travaille beaucoup moins. Alors fermer à 18 heures, c'est la catastrophe ! Là tous les commerces sont en train de couler ! Et puis ça ne tient pas debout cette histoire, puisqu'en hiver à partir d'une certaine heure les gens rentrent tous chez eux."

Et les élus semblent être du même avis que les commerçants, puisque de la présidence de la région PACA à la mairie de Marseille, plusieurs édiles sont vent debout contre l'éventualité de perdre encore deux heures de liberté. 

Europe 1
Par Stéphane Frangi, édité par Ugo Pascolo