Coronavirus : la France franchit la barre des 70.000 morts

, modifié à
  • A
  • A
La tension sur les hôpitaux reste forte.
La tension sur les hôpitaux reste forte. © AFP
Partagez sur :
Alors que l'épidémie de coronavirus ne faiblit pas en France, avec l'abaissement national du couvre-feu à 18 heures dès samedi, l'Europe tente de réagir à l'annonce de Pfizer sur le ralentissement des livraisons de vaccins dans les prochaines semaines. 
L'ESSENTIEL

La France a connu une nouvelle restriction majeure, samedi, avec l'abaissement du couvre-feu à 18 heures au niveau national pour faire reculer le coronavirus. Alors que la tension hospitalière reste forte, la France a franchi la barre des 70.000 morts depuis le début de l'épidémie. Seuls 10% des 700.000 résidents d'Ehpad en France ont été vaccinés contre le coronavirus, selon les informations d'Europe 1. Le laboratoire américain Pfizer a confirmé vendredi que ses livraisons de vaccins anti-Covid en dehors des États-Unis allaient ralentir fin janvier-début février, ce qui aura des conséquences sur la campagne vaccinale française. 

Les informations principales à retenir :

  • Le couvre-feu a été étendu à 18h dans tout le pays
  • Seuls 10% des 700.000 résidents d'Ehpad vaccinés
  • Des retards de livraisons pour le vaccin Pfizer dans les prochaines semaines
  • Plus de 70.000 morts en France

La France franchit la barre des 70.000 morts

La France a franchi samedi la barre des 70.000 morts depuis le début de l'épidémie, selon les chiffres de Santé publique France. Au total, 70.142 personnes sont décédées des suites de la maladie, dont 196 dans les dernières 24 heures, précise l'agence nationale à l'occasion de son bilan quotidien. Le nombre de nouvelles contaminations reste par ailleurs élevé avec 21.406 cas enregistrés dans les dernières 24 heures, sensiblement le même que ces derniers jours.

La tension sur les hôpitaux reste forte, avec un nombre total de malades du Covid hospitalisés s'élevant à 24.985, dont 1.199 arrivées comptabilisées samedi. Parmi eux, 2.731 se trouvent en réanimation, avec 188 nouvelles admissions en 24 heures. Le taux de positivité, qui mesure le pourcentage des personnes positives au nouveau coronavirus parmi les personnes testées, reste stable, à 6,5%.

Jour J pour le couvre-feu à 18 heures

Le couvre-feu national est abaissé de 20 heures à 18 heures, samedi, avec de nombreuses implications pour (au moins) les 15 prochains jours. "Sauf les exceptions liées aux missions de service public, tous les lieux, commerces ou service recevant du public seront fermés à 18 heures", a précisé le chef du gouvernement. Jean Castex a également prévenu : si la situation sanitaire venait à se dégrader, le gouvernement serait contraint de procéder à un nouveau confinement. Cette mesure a en tout cas des conséquences multiples sur tous les pans de la vie quotidienne, en semaine comme le week-end. On vous explique tout dans cet article.

10% des résidents d'Ehpad vaccinés, 833 centres ouverts

Selon les chiffres obtenus par Europe 1, seuls 10% des Ehpad ont été vaccinés. Sur 318.216 personnes vaccinées, 74.242 sont donc des résidents d’Ehpad, ce qui représente à peine plus de 10% des 700.000 personnes âgées qui vivent dans des maisons de retraite. Les 243.974 autres personnes vaccinées sont des soignants de plus de 50 ans ou présentant des comorbidités, mais aussi les pompiers, les aides à domicile de plus de 50 ans ou présentant des comorbidités.

La vaccination va être ouverte aux personnes présentant "une des six pathologies conduisant à un très haut risque de la forme grave de la maladie" à partir de lundi, quel que soit leur âge. Vendredi, Olivier Véran a annoncé l'ouverture dans la matinée de 833 centres de vaccination, tandis que le site Doctolib affirme à Europe 1 que "les données personnelles seront protégées". Selon le ministère de la Santé, plus d'un million de rendez-vous ont été pris pour les premières et deuxièmes injections du vaccin, ce qui représente donc "500.000 personnes".

Les livraisons pour l'UE du vaccin Pfizer retardées pour "3 à 4 semaines"

Les livraisons aux pays de l'UE des quantités prévues de vaccins Pfizer/BioNTech contre le Covid-19 vont connaître des retards dans les trois à quatre prochaines semaines en raison de travaux dans l'usine où ils sont fabriqués, a indiqué vendredi le ministère allemand de la Santé. Une annonce qui a déclenché la "sérieuse préoccupation" des ministres du Danemark, de l'Estonie, de la Finlande, de la Lituanie, de la Lettonie et de la Suède qui ont dénoncé dans une lettre commune une situation "inacceptable" portant préjudice à la "crédibilité du processus de vaccination".

Mais Pfizer a assuré que les doses attendues par l'UE au 1er trimestre seront bien livrées comme prévu, a indiqué vendredi la présidente de la Commission Ursula von der Leyen. On vous explique l'origine et les implications de ces retards.

Samedi, dans un nouveau communiqué, Pfizer assure que la réduction du nombre de doses livrées à l'Union européenne sera limitée à la semaine prochaine et que les livraisons doivent reprendre le rythme prévu à partir du 25 janvier.

En France, ce retard aura un impact considérable. Le pays, qui n'a, pour l'heure, vacciné que près de 400 000 personnes, devra ajuster le calendrier de sa vaccination en fonction du rythme des livraisons.

Les maires de Dijon et Besançon dénoncent "la carence de l'État central"

François Rebsamen, le maire de Dijon, Anne Vignot, la maire de Besançon, deux des villes les plus affectées en France par le Covid-19, ont dénoncé samedi "la carence de l'État central" dans la livraison des vaccins. "Nous, maires de Besançon et Dijon, dénonçons la carence de l'État central dans la livraison de vaccins pour les populations de nos deux grandes villes, alors même que nous sommes au cœur de la Région de France la plus touchée par la Covid", écrivent-ils dans un communiqué.

"Au rythme actuel de livraison, il faudra plus de 4 mois et demi pour vacciner les seules personnes de plus de 75 ans", raillent-ils, "exigeant des informations précises sur le dispositif d'approvisionnement en vaccins et en matériel".

Castex veut une vaccination "progressive" et "dans le calme"

Le Premier ministre Jean Castex a souhaité samedi une campagne "progressive" de vaccination "dans le calme et dans l'ordre", assurant que le défi "serait relevé" même s'il est impossible de vacciner les plus de 75 ans "en quelques jours". Il a précisé que 390.000 personnes avaient été vaccinées à ce jour en France et qu'un million de rendez-vous de vaccination avaient été pris, alors que les accusations de lenteurs se poursuivent contre le gouvernement.

"Je vous rappelle à toutes et à tous que ces vaccinations s'effectueront dans l'ordre et dans la sécurité du à nos concitoyens", a affirmé le chef du gouvernement lors d'un déplacement à Lyon. Ces vaccinations "s'effectueront de manière progressive, au fur et à mesure que les 200 millions de doses de vaccin que la France a commandées ou pré-commandées arriveront sur le territoire national", a-t-il ajouté. 

"On ne pourra pas vacciner en quelques jours, pas plus en France qu'ailleurs, les cinq millions de personnes âgées de plus de 75 ans qui pourront commencer à être vaccinés dès lundi", a-t-il reconnu. "Ce défi-là aussi, il sera relevé (...) dans le calme et en disant la vérité aux gens, même lorsque les processus de fabrication entraîneront comme on le voit parfois des retards de livraison pour notre pays".

La Commission européenne favorable à un "certificat de vaccination" européen…

Sur un sujet connexe, Ursula von der Leyen a indiqué que la Commission européenne est favorable à l'idée d'un certificat de vaccination contre le coronavirus qui soit "mutuellement reconnu". "C'est un impératif médical d'avoir un certificat de vaccination. C'est pour cette raison que je me réjouis de l'initiative du Premier ministre grec (Kyriakos Mitsotakis) pour un certificat de vaccination mutuellement reconnu", a-t-elle déclaré.

… mais pas l'OMS 

Mais le comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) s'est dit opposé "pour le moment" à l'instauration de certificats de vaccination contre le Covid-19 comme condition pour permettre l'entrée dans un pays à des voyageurs internationaux. "Il y a toujours trop d'inconnues fondamentales en terme d'efficacité des vaccins pour réduire la transmission (du virus) et les vaccins ne sont encore disponibles qu'en quantité limitée", souligne le comité dans ses recommandations, ajoutant qu'une preuve de vaccination ne doit pas exempter des autres mesures de précaution sanitaire.

Un cas du variant sud-africain confirmé à Mayotte

Un cas de variant sud-africain a été détecté à Mayotte et les autorités ont décidé de suspendre les liaisons maritimes et aériennes internationales pour 15 jours à partir de dimanche, a annoncé samedi la préfecture. Les déplacements entre Mayotte, la Métropole et La Réunion ne sont autorisés que pour "motifs impérieux", a ajouté la préfecture dans un communiqué. "En raison de l’évolution sanitaire, le préfet décide donc de suspendre les liaisons maritimes et aériennes internationales à compter du dimanche 17 janvier pour une durée de 15 jours", selon cette source.

La préfecture de Mayotte rappelle qu'en raison de suspicions de présence dans la région du variant "du SARS-CoV-2 501.V2 apparu en Afrique du Sud, des mesures de protection" avaient déjà été prises, dont le dépistage au moyen de tests antigéniques de tous les passagers des vols et liaisons maritimes en provenance de l’étranger depuis le 10 janvier, "soit plus de 550 personnes". Les vols au départ des États d’Afrique continentale de l’Est avaient également été suspendus depuis jeudi. 

Plus de 2 millions de morts, plus de 30 millions de cas en Europe

La pandémie a officiellement fait deux millions de morts (2.009.991) dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP vendredi soir. Les États-Unis restent le pays le plus endeuillé (392.139 morts), devant le Brésil (208.246) et l'Inde (152.093 mort). Le nombre de victimes à l'échelle mondiale est toutefois globalement sous-évalué. Il se fonde sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sans inclure les réévaluations fondées sur des bases statistiques. En Europe, plus de 30 millions de contaminations ont été officiellement recensées, selon un comptage de l'AFP. 

Espoir face à la pandémie, au moins 35,61 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 ont déjà été administrées dans le monde, dans au moins 58 pays et territoires, selon un décompte de l'AFP à partir de sources officielles vendredi.