Coronavirus : 81.647 décès en France, plus de 21.000 nouveaux cas en 24h

, modifié à
  • A
  • A
Environ 27.000 malades du Covid-19 sont hospitalisés samedi.
Environ 27.000 malades du Covid-19 sont hospitalisés samedi. © LUCAS BARIOULET / AFP
Partagez sur :
Les autorités ont écarté un confinement local et annoncé que les écoles resteront ouvertes en Moselle, durement touché par les variants du coronavirus. Dans le reste du pays, la circulation du Covid sur le territoire reste stable, malgré des indicateurs toujours élevés.
L'ESSENTIEL

La Moselle, durement touchée par la progression des variants du coronavirus, ne sera pas confinée localement et les écoles resteront ouvertes pour le moment. Les autorités l'ont annoncé samedi, malgré les appels des élus locaux à un tour de vis. En France, malgré une légère inflexion des hospitalisations, le nombre de contaminations reste élevé. Avec la propagation des variants sur le territoire, Arnaud Fontanet, membre du conseil scientifique, prévient sur Europe 1 : "Ce sont eux qui vont dicter notre politique sanitaire."

Les principales informations à retenir :

  • La situation est inquiétante en Moselle, mais la préfecture exclut "de nouvelles mesures à ce stade"
  • "Les variants vont dicter notre politique sanitaire", prévient Arnaud Fontanet
  • 21.231 cas positifs de Covid-19 en 24h, dans la moyenne des derniers jours
  • Plus de 2,6 millions de personnes sont mortes autour du globe depuis le début de la pandémie

En Moselle la situation inquiète, mais "pas de nouvelles mesures à ce stade"

Le préfet de la Moselle, Laurent Touvet, a annoncé samedi que les écoles restaient ouvertes dans ce département durement touché par l'épidémie de Covid-19, qui ne fera pas non plus l'objet d'une mesure de confinement local pour l'instant, les mesures actuelles apparaissant "à ce jour suffisantes." "Il n'y a pas de fermeture généralisée des écoles" ni de "confinement" local, contrairement à ce que réclamaient plusieurs élus locaux, a indiqué à l'AFP Laurent Touvet. "Si vraiment dans les jours qui viennent la situation vient encore à dégénérer, il ne faudra pas avoir peur et avoir du courage pour recourir au confinement", a déclaré Jean Rottner, président LR du conseil régional du Grand Est, au micro d'Europe 1 samedi. Retrouvez son interview complète ici

A Dunkerque, la préfecture du Nord a annoncé samedi un renforcement des mesures contre le Covid-19 pour tenter de contenir une situation qui s'est "dégradée brutalement", avec une accélération de la circulation du variant anglais, sans ordonner la fermeture des collèges et lycées demandée par les maires.

Plus de 21.000 nouveaux cas en 24h

La situation sanitaire reste tendue en France : 21.231 cas positifs de Covid-19 ont été comptabilisés en 24 heures par Santé publique France samedi, dans la moyenne des derniers jours. Signe encourageant, les nouvelles entrées à l'hôpital sur une semaine sont repassées sous la barre des 11.000. Mais la charge reste élevée avec environ 27.000 malades du Covid-19 toujours hospitalisés. 

"Les variants vont dicter notre politique sanitaire", admet Arnaud Fontanet

Invité samedi de la matinale d'Europe 1, Arnaud Fontanet, épidémiologiste et membre du Conseil scientifique, a reconnu qu'il était encore difficile d'estimer l'impact sur les nouveaux variants, plus contagieux que la souche historique du Covid-19, des restrictions sanitaires actuellement en place, comme le couvre-feu généralisé. Si l’hypothèse d’un reconfinèrent général n’est toujours pas à l’ordre du jour, des mesures pourraient être prises à l’échelon local, notamment Moselle où la situation s’est beaucoup dégradée ces dernières semaines.

"Ce sont les variants qui vont dicter notre politique sanitaire dans les semaines à venir, et pas le virus de 2020, qui reste beaucoup plus sensible aux mesures que l’on peut prendre", a expliqué Arnaud Fontanet. 

"Le virus ne prend pas de vacances", rappelle Emmanuel Macron

Alors que les deux tiers du pays sont en vacances d'hiver, le président de la République rappelle que le virus continue de circuler. Sur les réseaux sociaux, Emmanuel Macron adresse plusieurs messages "à ceux qui prennent la route". "Le virus ne prend pas de vacances, chaque geste compte", "Accompagné, le masque reste sur mon nez", "À plusieurs, on aère l'habitacle régulièrement", écrit le chef de l'Etat, avant de souhaiter un bon voyage aux vacanciers. 

Moderna veut augmenter de 50% la capacité de ses flacons de vaccin

En France et dans le reste du monde, la vaccination reste la seule perspective de sortir du tunnel. Dans l'Hexagone toutefois, elle ne se dessine pas pour tout de suite. 2.060.675 personnes ont reçu au moins une dose de vaccin. Mais la cadence pourrait s'accélérer. La société américaine de biotechnologie Moderna a indiqué vendredi avoir demandé l'autorisation à différentes autorités sanitaires du monde entier, d'augmenter de 50% la capacité de ses flacons de vaccin contre le Covid-19.

"Afin d'optimiser les ressources et les opportunités de livrer plus de doses plus rapidement sur chaque marché, Moderna a proposé de remplir ses flacons avec jusqu'à 15 doses de vaccin, en comparaison des 10 d'avant", a indiqué la société dans un communiqué à l'AFP.

Vers une explication de l'origine de la pandémie ? 

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que "toutes les hypothèses restent sur la table" pour expliquer l'origine de la pandémie, après une mission d'un mois d'experts mandatés par l'organisation en Chine. Ces experts ont paru exclure que le virus ait pu s'échapper de l'institut de virologie de la ville, comme l'administration Trump l'affirmait, lors de leur conférence de presse lundi à Wuhan. Ils ont évoqué une hypothèse "hautement improbable" ne justifiant pas d'investigations supplémentaires.

Mais pour François Godement, spécialiste de l'Asie et invité de la matinale d'Europe 1 ce samedi, "la seule conclusion qu'on peut tirer de l'enquête de l'OMS, c'est qu'elle a été beaucoup trop courte." "Ce n'est pas en trois heures qu'on débriefe tout le personnel d'un laboratoire !", dénonce-t-il au micro d'Europe 1, indiquant qu'il faudrait savoir si l'OMS "a eu accès aux véritables archives" et si les témoins interrogés ont pu parler librement. Retrouvez ici son interview complète.

Plus de 161 millions de doses de vaccin administrées dans le monde

Plus de 161,2 millions de doses de vaccins anti-Covid ont été administrées dans au moins 91 pays ou territoires, selon un comptage réalisé vendredi par l'AFP à partir de sources officielles. Israël, pays le plus en avance en proportion de sa population, a déjà injecté des doses à près de 44% de sa population (28% ont reçu les deux doses). Les Etats-Unis, premiers en valeur absolue, ont administré 46,4 millions de doses à 10,5% de leur population.

Près de 2,4 millions de morts, situation grave en Amérique du Sud

La pandémie a fait plus de 2,38 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi samedi par l'AFP à partir de sources officielles. Après les Etats-Unis (480.902 morts), les pays les plus endeuillés sont le Brésil avec (237.489, le Mexique (172.557 morts), l'Inde (155.550 morts), et le Royaume-Uni avec 116.287 morts. La situation est très inquiétante en Amérique du Sud : l'Argentine a dépassé le seuil des 50.000 décès liés au Covid-19 et compte plus de deux millions de cas de contamination, tandis que le Pérou a enregistré son record d'hospitalisations liées au coronavirus. 

Mais le nombre des victimes est globalement sous-évalué. Il se fonde sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé mais exclut les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques.