Coronavirus : aucun signe de deuxième vague en France, deux semaines après le déconfinement

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Le Haut conseil de la santé publique a rendu mardi un avis défavorable sur la chloroquine. Emmanuel Macron a présenté un plan de relance de 8 milliards d'euros pour le secteur automobile, avec plusieurs primes détaillées pour les acheteurs. La Direction générale de la santé a annoncé un bilan de 28.530 morts. Suivez en direct l’évolution de la situation.
EN DIRECT

Plus les jours passent, plus les autorités sanitaires appellent à prendre toutes les précautions avec l'hydroxychloroquine. Le Haut conseil de la santé publique a rendu mardi un avis défavorable sur ce traitement controversé, confirmant des informations d'Europe 1. L'Agence du médicament souhaite également "suspendre" les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine. Conséquence : les médecins devront arrêter d'en prescrire pour les patients atteints du coronavirus

Sur le terrain politique, le président Emmanuel Macron a quant à lui présenté un plan de 8 milliards d'euros pour relancer le secteur de l’automobile, avant que les modalités de réouverture des bars et des restaurants ne soient précisées jeudi. Suivez en direct l’évolution de la situation.

Les informations à retenir :

  • Un bilan réactualisé à 28.530 morts en France, avec une nouvelle baisse des réanimations
  • Emmanuel Macron a présenté un plan de relance pour le secteur automobile
  • Le Haut conseil de la santé publique et l'Agence du médicament ont rendu des avis sur l'hydroxychloroquine
  • La Cnil a donné son feu vert à l'application StopCovid

28.530 morts en France, nouvelle baisse des réanimations

Le dernier bilan humain de l'épidémie de coronavirus, communiqué lundi soir par la Direction générale de la santé, fait état de 28.530 morts depuis le 1er mars. Ce chiffre comprend les morts à l'hôpital (18.195, +83) et ceux en établissements médico-sociaux, dont les Ehpad (10.335, -10 après une probable révision des données). Ce bilan n'avait pas été réactualisé depuis jeudi et ne montre donc pas une explosion de la mortalité après un week-end prolongé.

La baisse du nombre de malades hospitalisés en réanimation s'est poursuivie lundi, avec 1.555 patients, soit 54 de moins en 24 heures. 16.264 personnes sont hospitalisées pour une infection au coronavirus, contre 18.468 mardi dernier, soit 2.000 personnes de moins dans les hôpitaux en une semaine.

Avis défavorable pour l'hydroxychloroquine

Samedi, le ministre de la Santé Olivier Véran avait demandé au Haut conseil de la santé publique (HCSP) de rendre un avis sur le recours à la chloroquine. Selon nos informations, confirmées dans la journée par le Haut conseil lui même, cet avis est défavorable. Il faut donc arrêter les prescriptions d'hydroxychloroquine pour le coronavirus, sauf dans le cas des essais cliniques qui peuvent être poursuivis mais qui devront réévaluer le rapport bénéfice/risque de ce médicament.

Dans la foulée de l'avis du Haut conseil, l'Agence française du médicament a également annoncé mardi avoir "lancé" la procédure de suspension "par précaution" de l'inclusion de nouveaux patients dans les essais cliniques évaluant l'hydroxychloroquine dans le traitement du coronavirus, suivant ainsi la décision de l'OMS après la publication d'une étude défavorable. L'ANSM précise que cette suspension prendra effet après un délai de 24 heures de procédure contradictoire auprès des organisateurs des 16 essais autorisés en France portant sur cette molécule. Plus d'infos dans notre article par ici

Pour rendre leur avis, les experts ont analysé plusieurs études internationales dont celle de la revue The Lancet, toutes arrivent aux mêmes conclusions : il n’existe aucune certitude sur l’efficacité du traitement, en revanche la toxicité cardiaque est bien réelle. Lundi, l'OMS avait de son côté annoncé la suspension temporaire des essais cliniques avec l'hydroxychloroquine, par mesure de précaution. 

Comment expliquer un tel rejet ? On a posé la question au professeur Christian Funck-Brentano, directeur du centre d'investigation clinique AP-HP Sorbonne Université :

Les annonces de Macron pour l'automobile  

Depuis une usine Valeo des Hauts-de-France, Emmanuel Macron a présenté un plan de plus de 8 milliards d'euros pour relancer le secteur automobile. Ce plan comporte plusieurs axes, dont l'un sur le soutien à la demande. Des "mesures de soutien exceptionnelles" ont été annoncée pour les acheteurs de véhicules électriques : une aide de 7.000 euros pour les particuliers, de 5.000 euros pour les entreprises et les collectivités et de 2.000 euros pour l'achat d'un véhicule hybride rechargeable.

La prime à la casse pour mettre au rebut les véhicules les plus polluants va être renforcée : les consommateurs seront aidés à hauteur de 3.000 euros par l'État et 5.000 de euros si c'est un véhicule électrique. Cette offre commencera le 1er juin pour 200.000 véhicules, avec un coût estimé de 600 à 800 millions d'euros, a annoncé le chef de l'État.

Sur l'offre, le chef de l'État affirme que Renault rejoint le programme européen des batteries électriques. Il a aussi conditionné le prêt de 5 milliards d'euros pour la firme au losange à des garanties pour les salariés des sites de Maubeuge et Douai, dans les Hauts-de-France.

Montée en gamme, et écologie : la France a désormais pour objectif de produire un million de véhicules propres en 2025. Le pays vise désormais les 100.000 bornes d'ici fin 2021, au lieu de 2022 auparavant. Un fonds de mutualisation pour favoriser l'installation de bornes dans les copropriétés va être créé, avec une augmentation de la commande publique pour les véhicules électriques et hydrogènes.

Feu vert de la Cnil à l'application de traçage de contacts StopCovid

La Cnil a donné son feu vert mardi à la mise en place de StopCovid, l'application de traçage de contacts pour smartphones voulue par le gouvernement pour lutter contre l'épidémie du coronavirus.
Dans un avis officiel publié mardi, la Cnil estime que l'application respecte les différentes dispositions législatives relatives à la protection de la vie privée, et formule quelques recommandations pour la mise en place du système. Invité du journal de midi, sa présidente s'en est expliquée au micro d'Europe 1 :

Possible reprise des spectacles dès juin, et des cinémas en juillet

Les salles de spectacle pourraient "rouvrir progressivement" dès juin, avant les cinémas en juillet, a indiqué mardi le ministre de la Culture Franck Riester, évoquant les scénarios étudiés par le gouvernement en vue de la nouvelle phase de déconfinement. 

"Ce n'est pas décidé mais c'est des scenarii sur lesquels nous travaillons", a-t-il poursuivi, ajoutant que des annonces sur ces sujets seraient faites jeudi à l'issue du Conseil de défense qui portera notamment sur la suite du déconfinement et la période estivale. Sur le plan commercial, le Printemps Haussmann a été autorisé par la justice à rouvrir.

Les bars et les restaurants vont savoir

Des millions de Français vont enfin savoir s’ils pourront (ou non) retourner dans les bars et les restaurants. Le gouvernement doit dévoiler jeudi les modalités de réouverture, après plus de deux mois de fermeture. D'après nos informations et celles de plusieurs médias, seuls les établissements situés en zones vertes pourront de nouveau accueillir des clients à compter du 2 juin, seulement si les conditions sanitaires le permettent.

Un important protocole sanitaire devra s'appliquer, pour éviter une reprise de l'épidémie et la création de nouveaux clusters. La règle des quatre mètres carrés d'espace par personne, qui s'applique dans les entreprises, pourrait toutefois être abandonnée.  La Direction générale de la Santé pourrait donc accepter un mètre de distance entre chaque table, ou une vitre pour les séparer.  On vous explique tout ce que l’on sait (et ce que l’on ne sait pas) sur la réouverture des bars et restaurants dans cet article.

Plus de 347.000 morts dans le monde

La pandémie a fait au moins 347.723 morts dans le monde et infecté plus de 5.541.590 personnes depuis son apparition, dont au moins 2.176.600 sont aujourd'hui considérés comme guéris. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations. Certains pays ne testent que les cas graves, d'autres utilisent les tests en priorité pour le traçage et nombre de pays pauvres ne disposent que de capacités de dépistage limitées.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 98.584 décès pour 1.671.728 cas. Au moins 379.157 personnes ont été déclarées guéries. Après les Etats-Unis, les pays les plus touchés sont le Royaume-Uni avec 37.048 morts pour 265.227 cas, l'Italie avec 32.955 morts (230.555 cas), la France avec 28.530 morts (182.722 cas), et l'Espagne avec 27.117 morts (236.259 cas).