AstraZeneca : la Haute Autorité de Santé maintient la limite d'âge de 55 ans

, modifié à
  • A
  • A
Le vaccin AstraZeneca reste réservé aux plus de 55 ans.
Le vaccin AstraZeneca reste réservé aux plus de 55 ans. © AFP
Partagez sur :
La Haute Autorité de Santé a annoncé mercredi le maintien de la limite d'âge de 55 ans pour le vaccin AstraZeneca. L'épidémie continue par ailleurs sa décrue, avec un nombre de patients dans les services hospitaliers et en réanimation qui continue de baisser. 
L'ESSENTIEL

Alors que la campagne de vaccination continue d'accélérer, le vaccin AstraZeneca reste réservé aux plus de 55 ans. La Haute autorité de santé (HAS) "maintient sa recommandation de restreindre l'utilisation" du vaccin contre le Covid-19 du laboratoire "aux personnes âgées de 55 ans et plus", écrit-elle dans un communiqué. Sur le plan sanitaire, la décrue se poursuit dans les hôpitaux.

De son côté, l'Assemblée nationale a finalement adopté cette nuit le texte sur la sortie de l'état d'urgence et le controversé pass sanitaire malgré un couac avec le MoDem mardi dans la journée. La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a d'ailleurs précisé mercredi matin que la fête de la musique se tiendra bien le 21 juin prochain, et qu'il ne sera pas nécessaire de présenter ce fameux pass sanitaire. En revanche, un pass sanitaire sera exigé pour assister au tournoi de Roland-Garros. 

LES INFORMATIONS A RETENIR

  • Le vaccin AstraZeneca reste réservé aux 55 ans et plus
  • 107.148 morts en France, la décrue épidémique se poursuit à l'hôpital 
  • Un pass sanitaire sera exigé pour assister à Roland-Garros
  • Il n'y aura pas de jauge pour une petite terrasse de restaurant, mais des séparations
  • La fête de la musique aura bien lieu, sans pass sanitaire

Le vaccin AstraZeneca reste limité aux plus de 55 ans

La Haute autorité de santé (HAS) "maintient sa recommandation de restreindre l'utilisation" du vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca "aux personnes âgées de 55 ans et plus". L'autorité sanitaire "a réévalué" son avis de la mi-mars "à la lumière de nouvelles données sur la balance bénéfice/risque et des travaux du Comité scientifique temporaire" mis en place par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Ce comité a émis des réserves" quant à l'administration du vaccin d'AstraZeneca "chez les plus jeunes au vu du risque de complication (...) et du bénéfice individuel attendu plus limité".

"L'utilité incontestable du vaccin d'AstraZeneca pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 doit être mise en regard de chaque situation individuelle en prenant en compte le bénéfice à être vacciné et les risques d'effets indésirables, très rares mais graves", explique la HAS dans son avis. Or un "point de basculement du rapport bénéfice/risque individuel" se produit "à partir de 50-55 ans", montrent des modélisations réalisées par l'Institut Pasteur "à partir de la situation épidémique française et de la disponibilité d'alternatives vaccinales (vaccins à ARNm)".

Au-delà de cet âge, "les risques de thromboses atypiques diminuent fortement tandis que les bénéfices associés à la protection vaccinale (hospitalisations, décès évités) commencent à croître de façon significative", ajoute l'autorité.

107.148 morts en France, la décrue se poursuit à l'hôpital 

La situation dans les hôpitaux est toujours tendue mais la décrue se poursuit. Les hospitalisations et les réanimations sont en baisse selon le dernier bilan de Santé publique France. 4.583 personnes étaient ainsi admises dans les services de soins critiques mercredi et un total de 24.254 patients dans le système hospitalier. On comptabilise par ailleurs 107.148 morts depuis le début de l'épidémie. 21.498 nouvelles contaminations ont été répertoriées.

Un pass sanitaire sera exigé pour assister à Roland-Garros

Un pass sanitaire sera exigé pour les spectateurs voulant accéder au stade de Roland-Garros (30 mai-13 juin), a annoncé mercredi la directrice générale de la Fédération française de tennis, Amélie Oudéa-Castéra. Les spectateurs devront ainsi présenter "soit le résultat d'un test négatif PCR ou antigénique de moins de 48 heures, soit un certificat de vaccination, soit un certificat de rémission, c'est-à-dire la production d'un résultat de test positif de plus de deux semaines et de moins de six mois", a détaillé Mme Oudéa-Castéra.

Par ailleurs, le tournoi accueillera jusqu'à 5.388 spectateurs jusqu'au 8 juin inclus, puis jusqu'à 13.146 à partir du 9 juin grâce à l'autorisation gouvernementale de remonter le plafond de la jauge à 65%, a annoncé mercredi la directrice générale de la Fédération française de tennis, Amélie Oudéa-Castéra. En revanche, la FFT n'a pas reçu de dérogation au couvre-feu et aucun spectateur ne sera donc admis pour les sessions nocturnes qui apparaissent pour la première année dans le Majeur français.

Pas de jauge pour une petite terrasse

Les restaurants ayant une petite terrasse de quelques tables seront exemptés de la jauge de 50% s'appliquant en théorie à partir de la réouverture du 19 mai, mais devront installer des séparations (plexiglas, plantes...) entre les tables, a annoncé mercredi le gouvernement. "On ne peut pas faire de jauge quand il y a quatre tables ou six tables, et donc le principe c'est qu'il y ait des séparations entre les tables, séparations physiques, de façon à permettre une protection, donc ça peut être un plexiglas, ça peut être des plantes, peu importe", a déclaré le ministre délégué aux PME Alain Griset.

Jusqu'à 10 tables la jauge ne s'appliquera donc pas. Le ministre a aussi dit : "Quand on est en dessous de sept, huit tables, dix tables, on peut considérer qu'il n'y aura pas de jauge". "Si vous êtes une toute petite terrasse, que vous avez quatre tables et qu'on vous demande de passer à deux, là j'entends parfaitement les restaurateurs qui nous disent : ça ne vaut pas le coup de rouvrir", a observé le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, sur CNews. Le Premier ministre tranchera "dans la journée", a rapporté ce dernier.

La fête de la musique aura bien lieu, sans pass sanitaire

La fête de la musique aura bien lieu le 21 juin, a annoncé la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot ce mercredi sur France Inter. "On est en train de travailler avec le ministère de l'Intérieur pour déployer des mesures de sécurité, mais il ne sera pas utile de présenter un pass sanitaire" a-t-elle assuré. Elle a en effet estimé que c'est "logistiquement impossible" à mettre en place d'ici-là, mais que ce dispositif est bien une des pistes étudiées pour relancer le monde du spectacle.

L'Assemblée vote le texte sur la sortie de l'état d'urgence et le pass sanitaire

Après la fronde du MoDem, l'Assemblée nationale a finalement adopté dans la nuit de mardi à mercredi le projet de loi de sortie progressive de l'état d'urgence modifié et son controversé pass sanitaire. Le gouvernement a été contraint de revoir l'article premier du texte, rejeté en fin de journée par l'Assemblée, y compris par le MoDem, pourtant membre de la majorité.

Outre la période de transition jusqu'à fin septembre, l'article premier du projet de loi permet au Premier ministre de continuer à prendre des mesures de couvre-feu jusqu'au 30 juin inclus, entre 21 heures et 6 heures maximum, et surtout instaure le pass sanitaire.

Introduit par le gouvernement en commission, il était au cœur des crispations, même si les groupes MoDem ou LR ne sont pas opposés à son principe. Cet outil doit subordonner l'accès des grands rassemblements ou de certains lieux à la présentation d'un résultat négatif de dépistage du virus, ou bien un justificatif de vaccination, ou encore une attestation de rétablissement après une contamination. 

Une pauvreté "démultipliée" en France depuis la crise du Covid

La crise sanitaire a "démultiplié" les situations de précarité en France, selon un rapport du Conseil national de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale. La crise liée au Covid-19 "a occasionné une aggravation d'une condition déjà dégradée, autant que l'exposition de nouveaux publics à la pauvreté", relèvent les auteurs de ce rapport remis mercredi à Jean Castex, s'inquiétant d'une probable "bombe à retardement".

Cette pauvreté est "multidimensionnelle", impactant aussi bien la précarité monétaire que l'état psychologique, l'accès aux droits ou la nourriture, le sentiment d'isolement ou le décrochage scolaire, soulignent-ils.

L'Inde franchit la barre des 250.000 décès dus au Covid

L'Inde a franchi la barre des 250.000 décès dus au coronavirus, selon des données officielles communiquées ce mercredi, alors que la pandémie continue de faire rage dans ce vaste pays de 1,3 milliard d'habitants. Selon le ministère de la Santé, 4205 personnes sont décédées au cours des dernières 24 heures, portant le nombre total de décès à 254.197 depuis le début de la pandémie. Le nombre de nouvelles contaminations a augmenté de près de 350.000 pour atteindre 23,3 millions. 

Plus de 3,3 millions de morts dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 3.306.037 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi. Après les Etats-Unis (582.791 décès), les pays comptant le plus de morts sont le Brésil (425.540 morts), l'Inde (249.992 morts), le Mexique (219.089 morts) et le Royaume-Uni (127.609 morts). Ces chiffres, qui reposent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sont globalement sous-évalués.

Europe 1
Par Europe 1