Covid : la France a dépassé les 10 millions de personnes vaccinées avec une première dose

, modifié à
  • A
  • A
Jean Castex Valérie Pécresse
Jean Castex et Valérie Pécresse étaient en visite dans un centre de vaccination de Nogent-sur-Marne, près de Paris. © BERTRAND GUAY / POOL / AFP
Partagez sur :
Jean Castex a annoncé jeudi que la France avait franchi le cap des 10 millions de primo-vaccinés. "Nous sommes à une semaine d'avance (sur) l'objectif que j'avais fixé. C'est une très bonne performance", s'est félicité le Premier ministre, alors que la France doit atteindre le chiffres de 20 millions de doses injectées mi-mai.

La France a franchi jeudi le seuil des 10 millions de personnes ayant reçu une première injection de vaccin contre le Covid-19, a annoncé le Premier ministre Jean Castex. Le pays "vient de franchir les 10 millions de personnes qui ont reçu une première vaccination, c'est-à-dire que nous sommes à une semaine d'avance (sur) l'objectif que j'avais fixé. C'est une très bonne performance, la France vaccine beaucoup", s'est félicité le chef du gouvernement.

"Et cela est dû à (…) tous ceux qui sont 7 jours sur 7 sur le pont au service de cette grande cause nationale qui s'appelle la vaccination et qui nous permettra de sortir de cette crise", a-t-il déclaré après sa visite d'un centre de vaccination à Nogent-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, à l'est de Paris.

Plus de 200.000 injections par jour 

Le gouvernement s'était fixé pour objectif de vacciner avec au moins une première dose 10 millions de personnes à la mi-avril. A un rythme quotidien atteignant 200.000 à 300.000 vaccinations, cet objectif a été atteint avec quelques jours d'avance. Il prévoit également de vacciner 20 millions de personnes à la mi-mai, puis 30 millions à la mi-juin. "Nous avons maintenant l'objectif des 20 millions, et je ne doute pas que grâce à cette mobilisation générale nous allons l'atteindre", a assuré Jean Castex jeudi.

Dans le centre de vaccination, le Premier ministre s'est adressé à un médecin à propos des vaccins AstraZeneca, qui suscitent des réticences en raison de quelques très rares effets secondaires. "Vous êtes le mieux placé pour vaincre les réticences, pour expliquer à vos propres patients et les convaincre" sur le vaccin AstraZeneca, lui a dit Jean Castex. "C'est ce qu'on fait", a répondu le médecin, qui a jugé "infime" le nombre de cas de thromboses après une injection d'AstraZeneca, comparé à la population générale.