Covid-19 : "La vie sociale a pris le dessus sur la défense de l'hôpital public", déplore Gilles Pialoux

, modifié à
  • A
  • A
Gilles Pialoux était l'invité d'Europe 1, samedi matin (photo d'archives). 6:32
Gilles Pialoux était l'invité d'Europe 1, samedi matin (photo d'archives). © DAMIEN MEYER/AFP
Partagez sur :
Invité de la matinale d'Europe 1, samedi matin, le chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Tenon, Gilles Pialoux, a répondu aux affirmations de Jean Castex selon qui "le pic de la troisième vague de Covid-19 est derrière nous". A l'hôpital, "le ton n'est pas tout à fait le même", assure-t-il. 
INTERVIEW

La France "semble avoir dépassé le pic" de la troisième vague de Covid-19, avec "une baisse réelle de la circulation virale depuis dix jours" et l'espoir d'un "reflux d'ici quelques jours". C'est ce qu'a affirmé le Premier ministre Jean Castex lors d'une conférence de presse, jeudi, annonçant notamment la réouverture des écoles, avant celle des commerces, prévue à la mi-mai. Un constat que ne partage pas entièrement le chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Tenon, à Paris, Gilles Pialoux. Invité de la matinale d'Europe 1, samedi matin, le spécialiste a tenu à insister sur la tension hospitalière, toujours très importante selon lui. 

"On ne semble pas être après le pic"

"Vendredi, on a eu deux cellules de crise à l'échelle de notre hôpital et de notre groupe hospitalier, et le ton n'était pas tout à fait le même" que lors de la prise de parole du chef du gouvernement, affirme Gilles Pialoux. "On ne semble pas être après le pic, d'abord parce qu'on ne sait pas ce qu'il y a derrière", prévient-il, évoquant "des scénarios qui montrent qu'on pourrait être soit sur un plateau lentement descendant, soit carrément un vrai plateau, ce qui est une inquiétude". 

Deuxième alerte du chef de service : "Les équipes sont sur les genoux à l'hôpital, très clairement". "Pour ne citer qu'un seul chiffre, en Île-de-France, on est toujours à 1.720 malades en réanimation et c'est stable depuis le 11 avril. Donc ça ne s'appelle pas un pic, ça s'appelle un plateau, avec une tension hospitalière très importante et une incertitude sur les semaines à venir, compte tenu de tout ce qui se passe, y compris la réouverture des écoles." 

A propos de cette réouverture prévue pour lundi avec un protocole sanitaire strict, Gilles Pialoux dénonce "une décision politique prise à l'aveugle de la circulation du virus dans l'univers scolaire". "On a une totale incertitude et beaucoup de signaux d'alerte qui viennent de l'étranger", estime-t-il. "On est dans un univers un peu compliqué où la vie sociale a pris le dessus sur la défense de l'hôpital public, et on est très inquiet."

Europe 1
Par Margaux Lannuzel