Covid-19 : à Roubaix, bilan mitigé pour la campagne de dépistage massif

, modifié à
  • A
  • A
Covid Coronavirus Test PCR Antigénique 1:43
La campagne de dépistage n'a pas attiré les foules à Roubaix cette semaine. © DENIS CHARLET / AFP
Partagez sur :
La campagne de dépistage massif dans la ville nordiste de Roubaix se termine samedi, avec seulement 5.000 tests réalisés depuis le début de la semaine. Un chiffre très bas qui n'empêche pas les professionnels de tirer des leçons de ce dispositif, amené à être de nouveau déployé pour la vaccination.
REPORTAGE

S'il n'y a pas d'emballement épidémique en France, le nombre de cas décelés quotidiennement se situe toujours à un niveau plutôt élevé, avec plus de 21.000 nouveaux porteurs du Covid-19 identifiés dans les dernières 24 heures. Les courbes augmentent alors que de nombreux Français rechignent encore à se faire tester. Les campagnes de dépistage massif ne mobilisent pas, comme ce fut le cas au Havre, à Charleville-Mézières et à Roubaix, où l'opération doit s'achever samedi. Là-bas, à peine 5.000 tests sur 96.000 habitants ont été réalisés.

Des populations "moins concernées" ?

En fin de semaine, la plupart des agents préleveurs patientaient devant des box vides, avec l'impression d'attendre le client dans cette grande salle municipale du centre-ville. Les quelques habitants qui ont fait la démarche du test regrettent ce désintérêt de la population dans une ville qui a pourtant battu des records de taux d'incidence à l'automne dernier. "On dit toujours que ça arrive aux autres, mais que ça ne nous arrive jamais. Les gens s'en foutent", déplore un Roubaisien. "Je ne comprends pas pourquoi ils sont pas motivés à venir. Ça ne leur fait plus peur, alors qu'il y a quand même eu des morts. C'est inquiétant", renchérit une autre.

À Roubaix, la population est fragile et de nombreux habitants sont en situation de précarité. Ils passent à côté d'une opération de prévention importante. "Les personnes que l'on voulait le plus toucher ne viennent pas parce qu'elles se sentent un peu éloignées de la démarche de soins, en raison de difficultés sociales", explique Sarah Boulanger, responsable du centre. "Elles ne se sentent peut-être pas concernées."

Les résultats du séquençage "dans une semaine"

Et même s'il n'a pas été massif, ce dépistage restera utile pour mieux cerner la situation sanitaire de la ville, d'autant qu'il révèle un taux de positivité très faible, à peine plus d'1%. "Ça nous rassure sur la circulation du virus qui est actuellement basse et deuxièmement sur la recherche du fameux variant anglais", assure le docteur Dancoine, un adjoint chargé de la santé. "On aura probablement dans une semaine les résultats du séquençage réalisé."

Au moins, cette organisation d'ampleur pour le dépistage massif aura été une répétition idéale pour la campagne de vaccination grand public, attendue à Roubaix avec impatience dans quelques mois.