La deuxième phase du déconfinement, enjeu de taille pour le gouvernement

, modifié à
  • A
  • A
Edouard Philippe présente la phase deux du déconfinement jeudi après-midi.
Edouard Philippe présente la phase deux du déconfinement jeudi après-midi. © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT/POOL/AFP
Partagez sur :
Les membres du gouvernement arbitrent encore jeudi matin sur la deuxième phase du déconfinement, qui doit être annoncée par Edouard Philippe à 17 heures. La prudence reste de mise et le plan est même prévu pour être réversible en cas de reprise de l'épidémie.

C'est le jour J. Edouard Philippe doit prendre la parole ce jeudi, à 17 heures, pour l'annonce de la deuxième phase du déconfinement. Le Premier ministre présentera les détails des conditions de vie des Français pour les prochaines semaines. Exercice délicat s'il en est. Jusque tard mardi soir, une poignée de ministres a travaillé sur ce plan autour d'Emmanuel Macron et Edouard Philippe. Et après cette longue soirée de travail, c'est bien jeudi matin, lors du Conseil de défense à l'Élysée, que les derniers arbitrages seront rendus. 

"Tout y sera remis à plat, c'est du cousu main", reconnait l'entourage du Premier ministre. Les derniers choix portent sur les déclinaisons locales du déconfinement et sur les fameuses cartes, très attendues. Les habitants de l'Île-de-France et du quart nord-est du pays, toujours classés en "rouge", veulent savoir si leur département va enfin passer au vert. Et sur ce point précis, la prudence est de mise. D'autant que de nouveaux critères seront pris en compte, notamment le nombre de tests positifs au coronavirus.

La question des déplacements à plus de 100 km toujours pas tranchée

Avec cette deuxième phase, la France doit changer de stratégie. Selon un élu proche de Matignon, "jusqu'à présent, la règle c’était l'interdiction et il y avait des exceptions. On se dirige de plus en plus vers l’inverse". Les sujets ne manquent pas : réouverture des collèges, des lycées, des cafés, des restaurants, des parcs et jardins, pratique des loisirs...

Reste aussi la question des déplacements à plus de 100 kilomètres du domicile, pour l'instant interdits sauf motif impérieux. Celle-ci n'est pas encore tranchée. Seule certitude, selon un membre de l'exécutif : "Le jour où on supprimera cette limite, on n'en remettra pas une à 300 ou 500 kilomètres."

Matignon prévoit trois phases de déconfinement avant le retour à la vie normale. Mais garde toujours le pied sur le frein. En cas de reprise de l'épidémie, le plan du gouvernement est prévu pour être réversible.

Europe 1
Par Jean-Rémi Baudot, édité par Margaux Baralon