Remaniement : un gouvernement entre continuité et surprises

, modifié à
  • A
  • A
Roselyne Bachelot fait son entrée au ministère de la Culture.
Roselyne Bachelot fait son entrée au ministère de la Culture. © AFP
Partagez sur :
Le nouveau gouvernement du Premier ministre Jean Castex a été annoncé lundi soir à l'Elysée. L’avocat Eric Dupond-Moretti a été nommé ministre de la Justice à la surprise générale, alors que Barbara Pompili devient ministre de la Transition écologique, et que Roselyne Bachelot prend la Culture. 
L'ESSENTIEL

L'annonce était très attendue. Le nouveau gouvernement du Premier ministre Jean Castex a été dévoilé lundi soir par le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler, sur le perron du palais présidentiel. Barbara Pompili a été nommée ministre de la Transition écologique, Eric Dupond-Moretti devient Garde des Sceaux, et Jean-Michel Blanquer garde l'Education nationale. Ce gouvernement comprend 16 ministres et 14 ministres délégués. 

Les principales informations à retenir : 

  • Le premier gouvernement de Jean Castex a été dévoilé lundi soir
  • A la surprise générale, l'avocat Eric Dupond-Moretti a été nommé Garde des Sceaux
  • Barbara Pompili nommée ministre de la Transition écologique
  • Gérald Darmanin remplace Christophe Castaner à  l'Intérieur, Roselyne Bachelot devient ministre de la Culture

Dupond-Moretti à la Justice, Pompili à la Transition écologique

C'est la grosse surprise du nouveau gouvernement de Jean Castex. Le médiatique avocat Eric Dupond-Moretti, redouté des cours d'assises, a été nommé lundi soir garde des Sceaux, ministre de la Justice. Il succède à Nicole Belloubet.

Un peu plus d'une semaine après les élections municipales, marquées par une "vague verte", le nom du ministre de la Transition écologique était particulièrement attendu. C'est Barbara Pompili, députée LREM de la Somme et ancienne secrétaire d'État, qui a été nommée. Âgée de 45 ans, Barbara Pompili est une écologiste "réformiste", ancienne d'EELV, qui tente de faire entendre une sensibilité écolo chez des "marcheurs" pas toujours convertis. 

Darmanin remplace Castaner, Bachelot à la Culture... les entrées et sorties marquantes

Gérald Darmanin quitte le ministère de l'Action et des Comptes publics pour remplacer Christophe Castaner à l'Intérieur. Jusque-là porte-parole du gouvernement, Sibeth N'Diaye laisse la place à Gabriel Attal, qui était secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse. 

Roselyne Bachelot, ancienne ministre de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, retourne à la politique à 73 ans en devenant ministre de la Culture, après une longue parenthèse dans les médias depuis 2012. Elle remplace Franck Riester, déclassé ministre délégué au Commerce extérieur. Muriel Pénicaud, ex-ministre du Travail est remplacée par Elisabeth Borne, elle-même ancienne ministre de la Transition écologique.

 

Parly, Véran, de Montchalin... des piliers et des promus

Florence Parly conserve le ministère des Armées, Olivier Véran celui de la Santé, Jean-Michel Blanquer garde de le portefeuille de l'Education et Bruno Le Maire celui de l'Economie.

Plusieurs ex-secrétaires d'Etat ont, quant à eux, été promus. Amélie de Montchalin passe de secrétaire d'Etat chargée des Affaires européennes à ministre de la Transformation et de la Fonction publique. Agnès Pannier-Runacher, promue lundi ministre déléguée à l'Industrie après avoir été secrétaire d'Etat chargée du secteur, est un soutien d'Emmanuel Macron de la première heure qui a fait ses premiers pas en politique à Bercy. 

Huit femmes et huit hommes au gouvernement

Le nouveau gouvernement compte huit femmes et huit hommes ministres de plein exercice. Chez les ministres délégués, on compte neuf femmes et cinq hommes. Quant à l'équilibre partisan, il penche plutôt vers la droite. Sept personnalités, dont le Premier ministre, sont issus de la droite, quatre de la gauche, neuf du centre et onze de la société civile. 

Quatre ministres font leur entrée au gouvernement : Roselyne Bachelot à la Culture, Barbara Pompili à la Transition écologique et solidaire, Eric Dupond-Moretti à la Justice et Amélie de Montchalin à la Transformation de la fonction publique. Six ministres déjà présents au gouvernement changent de portefeuille. 

 

Castex s'affirme en "chef de la majorité" devant les parlementaires

Le Premier ministre Jean Castex s'est affirmé lundi comme "chef de la majorité" devant les parlementaires LREM, MoDem et Agir qu'il recevait à Matignon, aussitôt après la formation de son équipe gouvernementale, selon des propos rapportés. "L'été sera studieux. Chacun devra être au travail tout de suite", a-t-il déclaré, réaffirmant aussi sa volonté de "dialogue".

"Ce gouvernement doit être la marque de l'unité. Unité de notre famille", a insisté le locataire de Matignon. 

Macron veut un gouvernement "de mission"

Dimanche, sur Twitter, Emmanuel Macron avait affirmé vouloir un gouvernement "de mission et de rassemblement" pour porter sa politique qui doit "s'adapter aux bouleversements internationaux et aux crises". Pour les mois à venir, le président a placé dans ses priorités "relance de l'économie, poursuite de la refondation de notre protection sociale et de l'environnement, rétablissement d'un ordre républicain juste" ou encore "défense de la souveraineté européenne". 

Le chef de l'Etat s'exprimera le jour de la fête nationale du 14 juillet, "probablement dans le cadre d'un entretien à la télévision", a indiqué son entourage, renouant avec une tradition présidentielle qu'il avait supprimée. Il compte préciser les grandes lignes de sa politique, à deux ans de la présidentielle de 2022. Et c'est seulement après cette prise de parole, que le Premier ministre prononcera sa déclaration de politique générale, où il engagera la responsabilité de son gouvernement devant le parlement.