Téléthon : deux soirées pour sauver une campagne marquée par le Covid

  • A
  • A
Le Téléthon avait amassé 74,6 millions d'euros en 2019. 5:53
Le Téléthon avait amassé 74,6 millions d'euros en 2019. © AFP
Partagez sur :
Les organisateurs du Téléthon craignent que la la crise sanitaire entraîne une baisse des dons. Ils appellent à poursuivre la mobilisation pour les enfants malade et pour la recherche. Deux soirées de variété, avec de nombreux artistes, seront organisées vendredi 4 et samedi 5 décembre à cet effet.
INTERVIEW

Le Téléthon, événement caritatif qui a pour but de financer des projets de recherche sur les maladies génétiques, va débuter vendredi. Mais l'édition 2020 va être largement chamboulée par le Covid-19. Le réalisateur Tristan Carne et la journaliste Laura Tenoudji, aux manettes de l'événement, étaient les invités de Philippe Vandel au micro d'Europe 1. Ils ont détaillé les modalités de ce nouvel appel aux dons, en insistant sur la nécessité de ne pas abandonner cette forme de solidarité malgré la crise. 

Deux soirées organisées

Deux grandes soirées de variété seront organisées vendredi et samedi, avec pour parrain Matt Pokora. De nombreux artistes seront de la partie et ont été invités à donner des objets personnels qui se transformeront en lots pour la tombola du Téléthon. "Bilal Hassani nous a donné sa perruque la plus célèbre et Dany Brillant sa veste à paillettes bleue", détaille ainsi Laura Tenoudji. "Matt Pokora nous a offert son micro qui a été intégré à une œuvre d'art".

Gims, Vianney, Amel Bent, Claudio Capéo, ou encore Camélia Jordana vont également participer à l'émission de variété orchestrée par Sophie Davant, qui appelle à redoubler les efforts et à faire des dons. En effet, "il n'y aura pas de manifestations sur le terrain" en raison de la crise sanitaire, explique la présentatrice. "Cela représente des millions d'euros de dons en moins que l'on injecte dans le compteur. J'espère que les Français répondront massivement à notre appel".

Des recherches qui portent leurs fruits

Perturbée en 2018 par le mouvement des Gilets jaunes, la campagne de dons avait plafonné à 70 millions d'euros avant de rebondir en 2019, édition durant laquelle 74,6 millions avaient pu être collectés. "La mobilisation reste et on espère que le total va continuer d'augmenter", insiste Tristan Carne. "Les centres de promesses que l'on montre normalement à l'antenne ne pourront pas accueillir les dons de la même manière. Mais même si la crise du coronavirus est passée par là, les enfants continuent d'être touchés par la maladie. Ils sont toujours aussi nombreux. Les progrès de la recherche, nous les devons aux dons qui sont faits chaque année".

Les recherches financées par le Téléthon ont permis de faire des avancées substantielles. "Les nouvelles thérapies, notamment géniques et cellulaires, portent leurs fruits", explique Sophie Davant. "On voit des enfants recouvrer leur liberté de mouvement, et c'est de plus en plus spectaculaire. Certains traitements n'arrivent pas forcément à guérir mais, injectés très tôt, ils peuvent considérablement repousser l'échéance de la perte de mouvement".

Or bien des traitements sont chers, d'où la nécessité de financement. Au-delà des émissions en prime time, Laura Tenoudji compte sur les viralité des réseaux sociaux pour mobiliser plus largement : "on compte sur eux pour apporter du bon. Il faut envoyer des messages, faire des tweet, faire des posts pour inciter les gens à donner. Parce qu'il n'y a pas de petit don", conclut-elle. Les dons peuvent être réalisés en appelant le 36 37 ou sur le site du Téléthon.

Europe 1
Par Océane Herrero