Bugs, excuses, dédommagement : trois questions sur le raté de RMC Sport en Ligue des champions

, modifié à
  • A
  • A
Alain Weill, patron d'Altice France, assure que les problèmes observés mardi ont été résolus.
Alain Weill, patron d'Altice France, assure que les problèmes observés mardi ont été résolus. © Capture d'écran
Partagez sur :
La première soirée de Ligue des champions de la saison a tourné au cauchemar pour des dizaines de milliers d’abonnés de RMC Sport qui n’ont pas pu voir les matches correctement. La chaîne a annoncé des dédommagements.

La chaîne RMC Sport a vécu une grande première compliquée mardi. Nouveau diffuseur de la Ligue des Champions et fleuron du bouquet sportif d’Altice (SFR), elle proposait à ses abonnés la première journée de la compétition européenne, qui s’est notamment soldée par la défaite de Paris à Liverpool (3-2). Un match très attendu mais qui a valu à RMC Sport une volée de bois vert sur les réseaux sociaux. En cause : de nombreux bugs techniques qui ont empêché les abonnés d’accéder à la diffusion du match via Internet. Le patron de SFR a présenté ses excuses pour les dysfonctionnements et annoncé des compensations financières.

Pourquoi RMC Sport est-elle critiquée ?

Coupures d’image et de son, message d’erreur, écran noir : dès 19h, de nombreux bugs ont émaillé la diffusion des rencontres FC Barcelone-PSV Eindhoven et Inter Milan-Tottenham. Les espoirs de voir le match du PSG dans des conditions idéales se sont ensuite envolées quand, dès 21h, la diffusion a rencontré divers incidents techniques. De quoi énerver sérieusement les abonnés.

Ces bugs ont écorné l’image déjà entamée de RMC Sport, dont l’offre exclusive pour les compétitions européennes de football était déjà critiquée. RMC détient l'intégrale des droits de la Ligue des Champions et de la Ligue Europa de 2018 à 2021. Pour les clients SFR (box et mobile), la souscription à l'option coûte neuf euros par mois, tandis que pour les autres, l'offre est à 19 euros par mois (sans engagement) pour RMC Sport sur tablette, mobile et télévision connectée. Mardi, quelques heures avant le match, le groupe Altice a toutefois annoncé un accord avec le groupe Canal+ pour pouvoir diffuser la chaîne via l'offre satellite de Canal+.

Que s'est-il réellement passé ?

Que s’est-il passé mardi soir ? "L'afflux de connexions simultanées, qui avait été prévu, a néanmoins été au-delà de ce qui était anticipé en raison du succès de l'offre. En effet, plusieurs centaines de milliers de nouveaux clients se sont abonnés ces derniers jours", a expliqué le groupe dans un communiqué. "Nous avons été dépassés par le succès, mais ce n'est pas une excuse", a précisé Alain Weill, mercredi, au micro d’Europe 1. Il assure que RMC Sport a vu affluer "près de 200.000 abonnés en un peu plus de 24 heures". "Jamais un opérateur télécom n'a recruté autant d'abonnés en si peu de temps. On avait sans doute un peu sous-estimé la situation", admet-il.

Un peu plus tôt, Alain Weill, le PDG d’Altice France, maison-mère de SFR et RMC était intervenu en direct sur sa propre chaîne pour faire le point. "80% des abonnés ont vécu une expérience agréable hier", a-t-il assuré. Une affirmation qui sous-entend tout de même qu’un abonné sur cinq a rencontré des difficultés techniques.

Que prévoit RMC Sport comme dédommagement ?

Tout au long de la soirée de Ligue des Champions, SFR et RMC Sport se sont employés à éteindre l’incendie naissant sur les réseaux sociaux en assurant aux abonnés que des techniciens de l’opérateur faisaient "le nécessaire" pour résoudre les bugs. Face au tollé suscité par l’impuissance du diffuseur, Altice a présenté "ses excuses" mercredi matin aux abonnés privés de football. S’il assure "partager la frustration de ses clients", le groupe affirme que "la diffusion sur les box de SFR ou auprès des clients satellite de Canal+ s'est bien déroulée".

Altice s’est toutefois fendu d’un geste commercial en promettant que "le premier mois d'abonnement (à RMC Sport, ndlr) serait offert à tous les clients" affectés par les bugs de mardi soir. Dans la matinée, Alain Weill, a précisé que si l’incident n’a pas entraîné de "préjudice financier", les abonnés ont bel et bien subi un "préjudice plaisir". "On s'est mis au travail immédiatement, les équipes ont travaillé toute la nuit pour que l'expérience de nos clients soit bonne dès mercredi soir", détaille le PDG d'Altice France à Europe 1. "L'essentiel des problèmes est résolu puisque ce sont des problèmes de serveur, de capacité."

Par ailleurs, SFR a annoncé mercredi son intention de lancer, dès la semaine prochaine, une offre regroupant Canal+, BeIN Sports et RMC Sport, les trois chaînes du foot en France, pour "moins de 40 euros par mois". Une façon de répondre aux critiques qui reprochent à la chaîne d'avoir engendré un mille-feuille d'abonnements pour pouvoir regarder l'ensemble des grandes compétitions.