Bugs de RMC Sport : "On a sous-estimé l'afflux d'abonnés", reconnaît Alain Weill, le patron de SFR

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Au lendemain d'une soirée de Ligue des champions marquée par les bugs techniques de la chaîne RMC Sport, le PDG d'Altice (SFR) s'explique au micro d'Europe 1.
INTERVIEW

RMC Sport n'avait pas le niveau de la Ligue des champions. Le nouveau diffuseur des compétitions européennes de football a connu une première soirée très compliquée mardi, au moment de diffuser le choc entre Paris et Liverpool. En cause : des bugs techniques qui ont empêché une partie des abonnés à l'offre numérique de regarder le match convenablement. "La priorité ce sont nos clients, et mardi, nous en avons déçu une partie. C'est très regrettable, je leur présente mes excuses et celles du groupe", a réagi Alain Weill, le PDG d'Altice France (le nouveau nom du groupe SFR), invité de l'interview éco d'Emmanuel Duteil, mercredi sur Europe 1.

Écoutez l'interview intégrale d'Alain Weill à 22h20 dans le journal de la nuit d'Isabelle Millet. Le replay de l'émission est à retrouver ici.

"Un préjudice de plaisir". Que s'est-il passé mardi soir ? "Nous avons été dépassés par le succès, mais ce n'est pas une excuse", répond Alain Weill. Il assure que RMC Sport a vu affluer "près de 200.000 abonnés en un peu plus de 24 heures". "Jamais un opérateur télécom n'a recruté autant d'abonnés en si peu de temps. On avait sans doute un peu sous-estimé la situation", admet-il. "La télévision via le numérique, c'est nouveau. Ce n'est pas une excuse mais nos confrères qui diffusent du sport via des applications ont déjà connu ces problèmes. Même aux États-Unis, où les opérateurs sont en avance sur la télévision par Internet, il y a aussi eu des dysfonctionnements", note Alain Weill.

Selon lui, c'est toute la chaîne "technique" qui a été prise en défaut mardi soir. "Ce sont aussi des partenaires, des sous-traitants qui ont été surpris par le succès des abonnements et qui sont tombés en rade. Ça a été le cas, par exemple, pour les solutions de paiement, indisponibles pendant 40 minutes mardi après-midi. Des dizaines de millier de personnes n'ont pas pu s'abonner", détaille le patron d'Altice France. En compensation, RMC Sport a décidé d'offrir aux abonnés concernés par les bugs le premier mois d'abonnement au bouquet. "C'est la moindre des choses. Il n'y a pas de préjudice financier mais un préjudice de plaisir car on les a privés d'une très belle soirée de football", reconnaît Alain Weill.

Problèmes résolus ? Les abonnés dépités pourront-ils regarder correctement la deuxième soirée de Ligue des champions, mercredi soir, avec notamment le déplacement de Lyon à Manchester City ? "On s'est mis au travail immédiatement, les équipes ont travaillé toute la nuit pour que l'expérience de nos clients soit bonne dès ce soir", assure le PDG d'Altice France. "L'essentiel des problèmes est résolu puisque ce sont des problèmes de serveur, de capacité."

Objectifs ambitieux

Alain Weill "confirme" l'objectif d'un million d'abonnés en 2019 et trois millions à terme. Il estime, à ce titre, que l'accord signé avec Canal+ mardi "rend cet objectif encore plus crédible". Et la suite ? "Nous avons des discussions avec les autres opérateurs (pour des accords de diffusion sur les box Internet, ndlr). Mais qu'elles aboutissent ou non, tous les Français auront accès à RMC Sport via l'offre numérique, si ce n'est pas par l'intermède de leur opérateur."