Ligue des Champions : "excuses" d'Altice/SFR après des dysfonctionnements de l'appli RMC Sport

, modifié à
  • A
  • A
rmc sport 1280
Les abonnés à l'application RMC Sport ont été victimes de dysfonctionnements mardi soir. © Capture d'écran
Partagez sur :
Après des dysfonctionnements survenus mardi soir sur l'appli RMC Sport, Altice/SFR a décidé d'offrir "le premier mois d'abonnement" aux clients affectés. 

Le groupe Altice/SFR a présenté ses "excuses" mardi soir après des dysfonctionnements ayant affecté la diffusion sur l'application RMC Sport de la première journée de la Ligue des champions, et qui ont provoqué une bronca sur les réseaux sociaux. Attribuant ces incidents à un nombre plus élevé que prévu d'internautes essayant de regarder en particulier le match entre Liverpool et le Paris-Saint-Germain, le groupe de médias et de télécoms a consenti un geste commercial, en promettant dans un communiqué que "le premier mois d'abonnement serait offert à tous les clients" affectés.

"Afflux de connexions simultanées". Altice/SFR, qui a déboursé un montant record de 370 millions d'euros par saison, entre 2018 et 2021, pour les droits de la Ligue des champions et de la Ligue Europa, a dit "partage(r) la frustration de ses clients qui n'ont pas pu voir le match via l'application RMC Sport dans des conditions satisfaisantes". "Le groupe leur présente ses excuses."

"L'afflux de connexions simultanées, qui avait été prévu, a néanmoins été au-delà de ce qui était anticipé en raison du succès de l'offre. En effet, plusieurs centaines de milliers de nouveaux clients se sont abonnés ces derniers jours", a souligné le groupe en assurant que "tout est mis en oeuvre pour que les prochains matches soient parfaitement diffusés via l'application RMC Sport".

Seuls les abonnés à l'offre vidéo par Internet, à 19 euros par mois, ont été affectés, selon le groupe qui a assuré que "la diffusion sur les box de SFR ou auprès des clients satellite de Canal+ s'est bien déroulée". L'incident a en effet suivi de peu l'annonce d'un accord in extremis entre SFR et Canal+ pour la distribution des chaînes sport du groupe de télécoms.