Résurgence du coronavirus : le gouvernement chinois prend-il trop de précautions ?

  • A
  • A
Les nouvelles contaminations chinoises inquiètent le reste du monde. 3:03
Les nouvelles contaminations chinoises inquiètent le reste du monde. © Noel Celis / AFP
Partagez sur :
Pékin fait actuellement face à un rebond de cas de Covid-19 qui inquiète en Chine comme dans le reste du monde. Les autorités chinoises ont pris des mesures drastiques, pour des raisons sanitaires et sans doute politiques, estime l'infectiologue Eric Caumes.
INTERVIEW

Après plus de 50 jours sans nouveaux cas, plus d'une centaine de contaminations au nouveau coronavirus ont été détectées récemment à Pékin, autour de plusieurs marchés de la capitale chinoise. Alors que les autorités ont parlé d'une situation "extrêmement grave" et que l'OMS la juge "préoccupante", le chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Pitié Salpêtrière à Paris, Eric Caumes, et le président de l'association francophone "Pékin Accueil" actuellement à Pékin, Olivier Mourot, analysent la situation au micro d'Europe 1.

Un excès de précautions ?

Le gouvernement chinois, qui prend ce rebond de cas très au sérieux, a déjà ordonné la refermeture de toutes les écoles, le reconfinement d'une vingtaine de quartiers résidentiels, la fermeture de 11 marchés de produits frais et fait tester plus de 200.000 personnes. Pour autant estime Eric Caumes, "il doit y avoir des considérations politiques qui nous échappent", car "si l"on voit les choses d’un point de vue médical et populationnel, 100 cas pour 22 millions d’habitants (soit la population de Pékin), cela apparaît vraiment ridicule".

D'après lui, les autorités chinoises sont "échaudées par ce qui est arrivé à Wuhan. Ils ne veulent prendre aucun retard sur le confinement. Puisqu'il vaut mieux confiner tôt de manière ciblée, que tard de manière globale", rappelle le médecin.

"Un retour en arrière de ce que l'on a vécu il y a deux mois" 

C'est effectivement ce que semble constater Olivier Mourot, qui se trouve actuellement à Pékin. "Nous subissons un retour en arrière de ce que l’on a vécu il y a deux mois", raconte-t-il. Pas de confinement "drastique et complet", sauf dans les différents quartiers à nouveau concernés par la ré-émergence du virus. "Mais nous subissons des contrôles accrus de la police, des contrôles de la température, d’identité... On ne peut plus inviter qui que ce soit chez soi", témoigne le président de l'association "Pékin accueil".

Il confirme aussi qu'un "nombre énorme de tests" sont actuellement réalisés par le gouvernement pour repérer les infections et prendre un maximum de précautions. "Il y a deux jours, une collègue a été rappelée par son comité de quartier lui demandant de rentrer en quarantaine chez elle, parce qu’un cas avait été détecté à 500 mètres ou 1 kilomètre de chez elle", certifie Olivier Mourot, qui observe par ailleurs une "résignation" de la population chinoise, qui "suit les consignes données par le gouvernement". 

Rester vigilant

"Ce qu’ont très bien compris les Chinois", c'est ce principe de précaution, estime Eric Caumes, "même s'ils prennent peut-être trop de précautions, je ne peux pas juger d'ici." "Ce virus se diffuse à bas bruit, très facilement, par des personnes asymptomatiques ou pré-symptomatiques - donc c’est très difficile à repérer. Il faut remonter les chaînes de transmission pour les casser, et je pense que c’est ce que font les Chinois".

Pour lui, il faut "être clair : en France, le virus continue de circuler" et il faut donc "être extrêmement vigilant pour éviter que le fameux R0 taux de transmission remonte au dessus de 1".

Europe 1
Par Séverine Mermilliod