L'Irlande se reconfine face au Covid : "Mentalement, c’est plus dur que la première fois"

  • A
  • A
L'Irlande s'est reconfinée jusqu'au 1er décembre. 1:28
L'Irlande s'est reconfinée jusqu'au 1er décembre. © Paul Faith / AFP
Partagez sur :
L'Irlande a reconfiné sa population depuis mercredi minuit, et pour une durée d'au moins six semaines, pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Il s'agit du premier pays européen à renouveler la mesure. Sur place, le moral des habitants, et notamment celui des commerçants, accuse le coup.

Depuis mercredi soir à minuit l’Irlande est devenu le premier pays européen à se reconfiner depuis la vague épidémique du printemps dernier. Face au Covid-19, Les Irlandais sont invités à rester chez eux pour une durée de six semaines. Et si les écoles restent ouvertes, tous les commerces non-essentiels doivent fermer leurs portes.

Les Irlandais ne peuvent sortir qu’à certaines conditions et dans un rayon de 5 km autour du domicile. Librairies, coiffeurs, salles de sport, bars, pubs et restaurants garderont portes closes. Comme le Momo, l’un des restaurants les plus courus de Waterford, petite ville portuaire du sud de l’Irlande. Kamila, sa patronne, ne peut plus faire que de la vente à emporter ou des livraisons à domicile. "Nous sommes mieux préparés qu’avant le premier confinement, notre système de livraison en ligne est au point, mais mentalement, c’est plus dur, nous sommes fatigués", avoue-t-elle.

Sauver Noël

"Fermer et rouvrir un restaurant est très stressant, coûte très cher et demande énormément de travail", poursuit cette restauratrice. "Il y a des jours où je suis très déprimée, et je me pose des questions sur l’avenir. Est-ce que je devrais changer de profession ? Nous étions en train de rénover la cuisine, mais à quoi bon ? Pourrais-je un jour me servir de cette nouvelle cuisine ?"

 

 

Michael Martin, le Premier ministre, a demandé aux Irlandais de respecter ce nouveau confinement qui doit durer jusqu’au 1er décembre pour pouvoir profiter de la période de Noël. Mais Kamila ne croit pas qu’on autorise les restaurants à rouvrir avant la fin de l’année. D’ailleurs, plusieurs de ses clients ont déjà annulé leurs réservations pour la période festive.

Europe 1
Par Anaïs Cordoba, édité par Romain David