Coronavirus : "Des centaines de milliers d'Américains basculent dans la pauvreté"

  • A
  • A
banque alimentaire coronavirus états-unis 3:15
Depuis plusieurs jours aux États-Unis, des queues de plusieurs kilomètres de voitures s'accumulaient devant les banques alimentaires. © KAREN DUCEY / AFP
Partagez sur :
Les États-Unis sont à leur tour frappés de plein fouet par la pandémie de coronavirus. Une crise sanitaire qui a déjà des conséquences économiques et sociales désastreuses sur le pays. Invité d'Europe 1, dimanche, l'historien et spécialiste des États-Unis, Corentin Sellin, nous explique pourquoi.
INTERVIEW

"C’est une crise qui jette des millions de gens dans la précarité", affirme Corentin Sellin, historien et spécialiste des États-Unis, invité d'Europe 1 dimanche. Outre-Atlantique, le nombre de cas confirmés de contamination dépasse déjà les 300.000, et il y a d'ores et déjà eu plus de 8 000 décès dus au coronavirus. Une crise sanitaire sans précédent, dont les conséquences économiques et sociales sont, selon l'historien, au-delà de ce qu'a pu connaître le pays lors de la Grande Récession de 2008.

Des kilomètres de queue devant la banque alimentaire

Lors des deux dernières semaines, dix millions d'Américains se sont inscrits pour toucher les assurances chômage, rappelle Corentin Sellin, évoquant un "chiffre jamais vu". Aux États-Unis, avoir un emploi garantit dans la majorité des cas une assurance santé fournie par l'employeur.

Mais en pleine crise du coronavirus, nombre de citoyens se retrouvent sans emploi, et donc sans cette précieuse assurance santé. "On a donc des centaines de milliers d'Américains qui sont en train de basculer dans la pauvreté", poursuit l'historien, relatant des scènes observées depuis plusieurs jours dans le pays, où des queues de plusieurs kilomètres de voitures s'accumulaient devant les banques alimentaires. "On voit le choc que représente déjà le coronavirus pour la société américaine".

"Pas d'assurance santé universelle"

Alors que la pandémie aux États-Unis devrait connaître son pic dans les prochains jours, le choc que représente cette crise sanitaire pour les citoyens américains est intrinsèquement lié à la spécificité du système de santé américain. "C'est la seule démocratie industrialisée qui n'a pas d'assurance santé universelle, et encore moins d'assurance santé universelle et publique", rappelle Corentin Sellin.

Aussi, développe-t-il, les personnes contaminées qui seront soignées recevront ensuite des factures pouvant monter à plusieurs dizaines de milliers de dollars. "C'est d'ailleurs déjà le cas, et on se demande qui paiera ces factures", déplore-t-il estimant que "les États-Unis paient aujourd'hui cette décision historique de ne pas avoir d'assurance santé universelle".

Depuis 2008, "rien n'a changé"

Évoquant une situation tragique sur le plan social et humain, Corentin Sellin affirme que la crise sanitaire liée au coronavirus permet de mettre en lumière un aspect central de l'économie américaine, ce sur quoi elle repose : l'endettement public, et privé. "L'économie américaine fonctionne sur le crédit", explique-t-il. "Depuis la crise de 2008, rien n'a changé, tout était reparti sur cette notion de consommation par l'endettement des ménages", observe-t-il.

"À chaque choc, on se retrouve face à des ménages surendettés, qui n'ont pas les moyens de dégager des capacités d'achats de première nécessité", achève le spécialiste des États-Unis pour qui la crise du coronavirus n'est pas un simple choc, mais "un choc majuscule".

Europe 1
Par Pauline Rouquette