Covid-19 : 22.000 nouveaux cas, hospitalisations et réanimations en baisse

, modifié à
  • A
  • A
Les hospitalisations et réanimations étaient en baisse vendredi par rapport à la veille.
Les hospitalisations et réanimations étaient en baisse vendredi par rapport à la veille. © LUCAS BARIOULET / AFP
Partagez sur :
Vendredi, la France compte 22.139 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures, tandis que l'on dénombre désormais 78.603 morts. Selon Santé publique France, la diffusion de variants du coronavirus plus transmissibles rend probable la nécessité de "mesures plus strictes" en France "dans un avenir proche". 
L'ESSENTIEL

Plus de 22.000 cas de contaminations au Covid-19 ont été enregistrés en 24 heures en France vendredi, où la pression hospitalière reste élevée sur fond de progression de variants plus contagieux. Santé publique France prévient que la diffusion de variants du coronavirus plus transmissibles rend probable la nécessité de "mesures plus strictes" en France "dans un avenir proche", en raison d'un nombre de malades hospitalisés déjà "très élevé".  

Dans le monde, les nouvelles contaminations ont décéléré pour la troisième semaine consécutive, atteignant leur niveau le plus bas depuis fin octobre. Indicateur important, le nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations et les comparaisons entre pays sont à prendre avec précaution, les politiques de tests différant d'un pays à l'autre. 

Les informations à retenir :

  • Plus de 22.000 nouveaux cas enregistrés en France en 24 heures, les hospitalisations et réanimations sont en légère baisse
  • Santé publique France estime que "des mesures plus strictes" seront nécessaires "dans un avenir proche"
  • La France s'apprête à partir en vacances, alors que le gouvernement a choisi de ne pas reconfiner
  • Les contaminations dans le monde sont au plus bas depuis fin octobre 

Plus de 22.000 cas en 24h, pression hospitalière toujours élevée

Plus de 22.000 cas de contaminations au Covid-19 ont été enregistrés en 24 heures en France, où la pression hospitalière reste élevée sur fond de progression de variants plus contagieux. Les hôpitaux accueillent actuellement 27.614 patients (-194 par rapport à jeudi), dont 1.715 nouvelles admissions. Parmi eux, 3.245 malades sont soignés dans les services de réanimation, un chiffre en très léger recul (-5) par rapport à la veille. 

"Des mesures plus strictes" bientôt nécessaires, selon Santé publique France 

La diffusion de variants du coronavirus plus transmissibles rend probable la nécessité de "mesures plus strictes" en France "dans un avenir proche", en raison d'un nombre de malades hospitalisés déjà "très élevé", a estimé vendredi un responsable de Santé publique France. "Il est probable que le R effectif", le taux de reproduction qui mesure la dynamique de l'épidémie, "dans un avenir proche va passer largement au-dessus de 1 et donc que des mesures plus strictes que celles aujourd'hui en place deviendront nécessaires", a déclaré Daniel Lévy-Bruhl, responsable de l'unité infections respiratoires de l'agence de santé publique, lors d'un point de presse hebdomadaire.

Cette augmentation prévisible du taux de reproduction est liée à "la poursuite de la diffusion des variants" qui ont émergé au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et au Brésil. La proportion de cas suspectés d'être l'un de ces trois variants plus contagieux s'élevait, au 27 janvier, à 14% du total des cas détectés, selon des résultats encore préliminaires publiés jeudi. Au 7-8 janvier, la proportion du variant britannique avait été mesurée à 3,3% des cas positifs.

Macron et Merkel disent soutenir la stratégie européenne sur les vaccins

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont exprimé vendredi leur soutien à la stratégie d'approvisionnement en vaccins anti-Covid menée par la Commission européenne, malgré les critiques et retards. "Je soutiens totalement l'approche européenne que nous avons eue (...) Que dirions-nous si la France et l'Allemagne étaient aujourd'hui en compétition sur les vaccins?", a déclaré le chef de l'Etat français. La chancelière a elle estimé que la décision de commander ensemble des doses était et restait "la bonne", lors d'une conférence de presse commune.

En France, plus de 1,7 million de Français ont reçu au moins une première dose de vaccin, et le gouvernement espère porter ce chiffre à quatre millions d'ici la fin du mois, alors que les injections du troisième vaccin disponible, celui d'AstraZeneca, débuteront dès samedi.

Les Français vont-ils partir en vacances ?

Le gouvernement a appelé les Français à "la plus grande prudence" à la veille des vacances d'hiver, sur fond de progression des variants plus contagieux du coronavirus, écartant "à ce jour" l'hypothèse d'un reconfinement (excepté à Mayotte, reconfinée au moins trois semaines). Mais les Français vont-ils vraiment en profiter pour partir en vacances ? Alors que les congés de février commencent vendredi soir pour la zone A, la direction des routes de Savoie n'attend par exemple que 90.000 véhicules sur le chemin des stations de ski ce week-end. C'est très loin des habituelles migrations vers la neige, à l'image d'une semaine qui s'annonce plutôt morose pour les professionnels du tourisme. 

À la SNCF, il y a moitié moins de réservations pour ce week-end qu'à la même période l'an dernier. Ceux qui partent quand même vont majoritairement en Normandie, en Bretagne, mais aussi dans les Alpes. Tous les détails dans notre articles sur les vacances de février ici, ou dans la vidéo ci-dessous :

Quoi qu'il en soit, les vacances seront des vacances sous couvre-feu. Les contrôles se sont multipliés et quelque 177.000 amendes pour non respect du couvre-feu ont été dressées depuis son instauration le 15 décembre, a indiqué jeudi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. "1,9 million de contrôles" ont été effectués depuis cette date, a-t-il ajouté, assurant que ces contrôles allaient se poursuivre dans le cadre de la lutte contre l'épidémie. 

Les contaminations dans le monde au plus bas depuis fin octobre 

Avec 493.000 contaminations enregistrées quotidiennement cette semaine, l'indicateur passe sous la barre des 500.000 pour la première fois depuis la fin octobre, selon un bilan de l'AFP arrêté à jeudi. Les nouvelles contaminations ne cessent de baisser (-13% cette semaine) depuis le record de 725.000 atteint à la mi-janvier. Presque toutes les zones ont connu des ralentissements cette semaine: -27% en Afrique, -17% aux Etats-Unis/Canada, -12% en Europe et en Amérique latine/Caraïbes et -2% en Asie. Les contaminations ont en revanche légèrement accéléré au Moyen-Orient (+4%). Le virus ne circule quasiment pas en Océanie (14 cas par jour, +43%).

La plus forte décrue est observée en Afrique du Sud (-49%, 4.100 nouveaux cas par jour), qui avait déjà connu une forte décélération la semaine précédente. La Malaisie est le pays où l'épidémie accélère le plus (+30%, 4.800 nouveaux cas par jour), parmi ceux ayant enregistré plus de 1.000 cas quotidiens pendant la semaine écoulée. Suivent la Jordanie (+27%, 1.100), le Pérou (+23%, 6.500), l'Irak (+21%, 1.000) et la Turquie (+16%, 7.400).

Les Etats-Unis sont de loin le pays ayant enregistré le plus grand nombre de nouvelles contaminations en une semaine, avec 133.500 nouveaux cas quotidiens (-17%), devant le Brésil (48.200, -7%) et l'Espagne (29.800, -16%).

Le réchauffement climatique pourrait avoir joué un rôle dans l'apparition du Covid

Le réchauffement climatique pourrait avoir joué un rôle dans le passage à l'homme du coronavirus, en offrant de nouveaux habitats aux chauve-souris, espèce d'origine présumée du virus, selon une étude publiée vendredi. Des chercheurs de l'université de Cambridge ont modélisé la présence de populations de différents types de chauve-souris, en utilisant des données de température et de pluviométrie pour déterminer la localisation du type de végétation constituant leur habitat, pour cette étude publiée dans la revue Science of the Total Environment. 

Selon ces modèles, sur les 100 dernières années, 40 espèces de chauve-souris ont ainsi vu s'étendre les conditions favorables à leur présence dans une zone à cheval sur le sud de la Chine, la Birmanie et le Laos. Chaque espèce de chauve-souris étant en moyenne porteuse de 2,7 coronavirus, ce serait donc une centaine de ces virus différents qui seraient potentiellement en circulation dans cette zone, d'où le SARS-CoV-2 est présumé être originaire. Lisez tous les détails dans notre article ici

Plus de 2,28 millions de morts

La pandémie a fait plus de 2,28 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles, vendredi en milieu de journée. Les Etats-Unis sont le pays comptant le plus de morts (455.875 décès recensés), devant le Brésil (228.795), le Mexique (162.922), l'Inde (154.823) et le Royaume-Uni (110.250). Le nombre des victimes est globalement sous-évalué. Il se fonde sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé mais exclut les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques comme cela a été le cas en Russie, en Espagne et au Royaume-Uni.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP