La bataille pour les masques chinois est lancée, et les Américains frappent fort

  • A
  • A
En Chine, des Américains viennent sur le tarmac avec de l'argent cash pour surenchérir les cargaisons prévues pour réapprovisionner la France.
En Chine, des Américains viennent sur le tarmac avec de l'argent cash pour surenchérir les cargaisons prévues pour réapprovisionner la France. © FRANCOIS NASCIMBENI, AFP
Partagez sur :
Alors que la pandémie de coronavirus continue de se propager dans de nombreux pays, en France, plusieurs présidents de région ont rapporté qu'une commande de masques en provenance de Chine et à destination de l'Hexagone a été détournée vers les États-Unis après que les Américains sont venus surenchérir le prix des cargaisons directement sur le tarmac.

C'est un événement digne d'une série télé, et qui en dit long sur la guerre des masques dans laquelle s'engagent les grandes puissances frappées par le coronavirus. Des avions chargés de masques destinés à la France ont été détournés par des Américains, comme l'ont constaté plusieurs sources. Les Américains viennent sur le tarmac avec de l'argent liquide pour surenchérir sur la marchandise prévue pour réapprovisionner l'Hexagone. L'objectif : récupérer la cargaison et faire partir l'avion et son chargement vers les États-Unis, où la pandémie a tué 884 personnes ces dernières 24 heures.

Les USA prêts à payer le double, voire le triple

Ces masques, les Américains sont prêts à les payer le double, voire le triple du prix initial. En témoigne l'épisode constaté sur le tarmac chinois. "Les masques deviennent des denrées rares, et les Américains les achètent partout où ils en trouvent, peu importe le prix", affirme sous couvert d’anonymat à Libération, une source de l’une des régions victimes du procédé.

Le président de la région Provence Alpes Côte d'Azur, Renaud Muselier, a également entendu parler d'une telle pratique de la part d'acheteurs américains. Lors d'une réunion entre les présidents de régions, "un président de région nous a expliqué que sa commande de masques lui avait été piquée sur l'aéroport même, par les Américains, qui ont payé trois fois le prix, en liquide", a-t-il rapporté à l'AFP, précisant voulant taire le nom de la région et le nombre de masques commandés.

Chaos logistique en Chine

"Il faut se battre 24 heures sur 24", déplore Jean Rottner, président de la région Grand Est, soulagé lorsqu'il a vu débarquer les deux millions de masques commandés à la Chine, à l'aéroport de Bâle-Mulhouse, dans la nuit de mardi à mercredi. Des masques indispensables aux soignants et aux Ehpad de la région parmi les plus touchées de France.

Celui-ci ajoute travailler d'arrache pied avec les commanditaires afin de gagner ces marchés. De son côté, le président de la région Provence Alpes Côte d'Azur, Renaud Muselier, déclare être "d'une prudence de Sioux". En effet, bien que les commandes soient faites dans les normes, le contexte actuel est tellement exceptionnel que souvent, la situation dérape.

"C'est le chaos logistique en Chine", rapporte une source de Nouvelle Aquitaine à Libération. "Les Américains commandent deux ou trois milliards de masques : avec nos cinq petits millions, on passe toujours après.

Aux États-Unis, le directeur de l'Institut des maladies infectieuses et membre de la cellule de crise de la Maison blanche, Anthony Fauci, a admis que l’hésitation initiale concernant le port de masques était fondée sur la pénurie de masques que connait également le pays qui n'en a pas assez pour ses personnels soignants, et encore moins pour toute la population. "Mais une fois que nous aurons assez de masques, il sera sérieusement envisagé d’élargir la recommandation sur le port de masques", a-t-il affirmé mardi sur CNN.

Europe 1
Par Arthur Helmbacher, édité par Pauline Rouquette