Meurtre d'Alexia Daval : le procès de son mari Jonathann reporté à cause du coronavirus

  • A
  • A
Jonathan Daval, qui a avoué avoir tué son épouse Alexia en 2017
Jonathan Daval, qui a avoué avoir tué son épouse Alexia en 2017 © AFP
Partagez sur :
Le procès de Jonathan Daval, qui a avoué avoir tué son épouse Alexia en 2017 se tiendra finalement en mars 2021 alors qu'il devrait se dérouler du 16 au 20 novembre devant la cour d'assises de Haute-Saône, à Vesoul. Un report causé par l'épidémie de coronavirus. 

Alors qu'il devait se tenir du 16 au 20 novembre devant la cour d'assises de Haute-Saône, à Vesoul, le procès de Jonathann Daval, a été reporté de novembre à mars en raison de l'épidémie de coronavirus, a-t-on appris jeudi auprès de son avocat.

 

>> Coronavirus : suivez en direct l'évolution de la situation

"On nous a demandé notre accord avant sur la date et on a accepté vu les circonstances, mêmes si cela ne nous arrange pas", a expliqué à l'AFP Me Randall Schwerdorffer, confirmant une information du journal Le Parisien. Le procès de l'informaticien, qui a avoué le meurtre de son épouse Alexia en 2017, se déroulera finalement en mars 2021.

 

Jugé pour "meurtre sur conjoint"

"Enfin ! C'est important qu'il puisse donner des explications sur son histoire de couple, au centre des débats, et sur cette soirée", s'était réjoui Me Randall Schwerdorffer lorsque cette date avait été annoncée mi-mars, estimant "important pour un accusé d'avoir une date à mettre sur l'échéance". 

Jonathann Daval doit être jugé pour "meurtre sur conjoint", des faits passibles de la réclusion à perpétuité. Alexia Daval, une employée de banque de 29 ans, avait été retrouvée morte, dissimulée sous des branchages et partiellement brûlée, le 30 octobre 2017 en Haute-Saône.

 

 

Son mari Jonathann s'était d'abord fait passer pendant trois mois pour un époux éploré, sans nouvelles de sa femme partie faire son jogging, avant de reconnaître l'avoir frappée et étranglée dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017 à leur domicile de Gray-la-Ville (Haute-Saône), lors d'une violente querelle conjugale. A l'issue d'une reconstitution du meurtre effectuée le 17 juin dernier, Jonathann Daval avait admis avoir procédé à la crémation partielle du corps d'Alexia dans un bois voisin.