Vers un confinement localisé dans le Sud ? "Une catastrophe" pour les entreprises

  • A
  • A
Cours Julien Marseille coronavirus 1:44
Les acteurs locaux politiques et économiques craignent un confinement local, à Marseille. © AFP
Partagez sur :
Dans les Bouches-du-Rhône, la situation de l'épidémie de coronavirus est alarmante. Les acteurs économiques et politiques craignent un reconfinement localisé. "Il faut tout faire pour l'éviter absolument", assure Jean-Luc Chauvin, président de la Chambre de Commerce et d'Industrie métropolitaine Aix-Marseille-Provence, sur Europe 1. 
INTERVIEW

En attendant les mesures du gouvernement pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, qui devraient être annoncées à la suite du Conseil de défense ce vendredi, la région Sud retient son souffle. Particulièrement dans les Bouches-du-Rhône, où le taux d'incidence est de 186 pour 100.000 habitants, même 280 à Marseille. Dans les services de réanimation, les lits dédiés au Covid-19 sont presque tous saturés. Les acteurs locaux politiques et économiques craignent un confinement local qui serait "un vrai coup dur, une catastrophe", assure Jean-Luc Chauvin, président de la Chambre de Commerce et d'Industrie métropolitaine Aix-Marseille-Provence. 

 

La peur d'un confinement localisé 

"La difficulté provient en partie de l'été et du fait qu'on a accueilli beaucoup de touristes", estime-t-il, en saluant les efforts réalisés dans les entreprises locales pour respecter les gestes barrières. "Il faut éviter un confinement, et notamment localisé, qui mettrait à mal l'économie des Bouches du Rhône par rapport au reste."

Il l'assure, les conséquences seraient dramatiques pour le tissu économique local. "Pour nos entreprises, c'est un arrêt à nouveau de l'économie dans une période compliquée, où on n'a pas de visibilité, c'est donc probablement des entreprises sur cette zone confinée, vont avoir des difficultés supplémentaires, pourraient ne pas passer cette crise, des emplois seraient détruits", déplore Jean-Luc Chauvin. "Donc c'est un vrai coup dur, une catastrophe. Il faut tout faire pour l'éviter absolument. Il faut trouver toutes les solutions possibles, y compris pour nous les entrepreneurs, nous organiser pour faire le plus possible de télétravail, afin d'éviter les déplacements de nos collaborateurs."

L'événementiel, le tourisme et le bâtiment inquiets 

La CCI Aix-Marseille-Provence regroupe 115.000 entreprises. S'il est encore trop tôt pour évaluer l'impact du confinement sur les structures locales, une enquête de conjoncture réalisée au milieu de l'été révèle que 6 entreprises sur 10 indiquent avoir retrouvé une activité normale, mais 8 entreprises sur 10 ont perdu au moins 10% de leur chiffre d'affaire. "La situation est fragile", décrypte Jean-Luc Chauvin. 

 

 

Le secteur de l’événementiel (concerts, sports) est particulièrement touché, avec une perte de 70% de perte de chiffre d'affaires depuis le début de l'année, selon l'enquête de conjecture. "Malheureusement dans les semaines qui viennent, et notamment le fait qu'on soit en zone rouge, rien ne se prépare, tout s'annule", alerte le président de la CCI. "Le secteur du tourisme a pu trouver des solutions, mais est assez inquiet depuis le début du mois de septembre à nouveau." Il pointe également le secteur du bâtiment, qui n'a plus de visibilité ni de commandes, notamment de travaux publics. Jean-Luc Chauvin espère une mise en place rapide, et territorialisée, du plan de relance annoncé par le gouvernement. "Il faut que dès le mois d'octobre, on puisse bénéficier d'un certain nombre de dispositifs", assure-t-il.  

Europe 1
Par Mathilde Durand