ministère de l'économie 3:14
  • Copié
Nicolas Bouzou
Si le sujet de l'économie n'est pas central dans la campagne présidentielle française, celui de la fiscalité l'est bien plus. L'économiste Nicolas Bouzou revient dans Europe Matin sur les propositions des candidats à l'élection présidentielle en matière de fiscalité.

On est bien en France. Tout le monde a son idée sur la fiscalité, alors, notamment à gauche où on retrouve bien sûr le rétablissement de l'Impôt sur la fortune (ISF) chez Jean-Luc Mélenchon . On le retrouve aussi chez Marine Le Pen . C'est l'un des nombreux points communs entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen sur les questions économiques et sociales. Et puis, chez Yannick Jadot et Anne Hidalgo , on retrouve l'ISF climatique, c'est-à-dire un ISF qui est en proportion des placements financiers dans les industries fossiles.

Les propositions de la gauche

Alors de toute façon, à gauche, ce n'est pas très compliqué, dès que l'on évoque un problème, quel qu'il soit, qu'il s'agisse de l'environnement, de l'éducation, du Covid-19 ou peut être de la disparition de Delphine Jubilar, la réponse, c'est le rétablissement de l'ISF.

L'idée que les taux de prélèvements obligatoires est chez nous le plus élevé des pays de l'OCDE et que la France est le pays le plus redistributif de l'OCDE, visiblement, n'est pas arrivé aux oreilles des candidats de gauche. C'est dommage parce que c'est une information importante et qui est assez facile à trouver.

Les propositions de la droite

A droite, on trouve beaucoup l'idée de lutter contre la fraude fiscale, une idée qui me gêne un peu, non pas l'idée de lutter contre la fraude fiscale, mais ça sous-entend qu'on ne l'aurait pas fait, alors qu'en réalité, depuis la crise financière de 2008, on a fait d'énormes efforts et d'énormes progrès dans la lutte contre la fraude fiscale.

Alors, plus sérieusement, on retrouve en particulier chez Valérie Pécresse et Eric Zemmour l'idée de la baisse de l'impôt sur les successions et les donations. Ça, c'est un sujet intéressant qui mériterait d'ailleurs, selon moi, d'être "dézemmourisé", parce que pour Eric Zemmour, il s'agit de faciliter les transmissions d'entreprises pour enraciner l'économie.

En tout cas, cette question est un vrai sujet, un sujet sérieux. Le Conseil d'analyse économique, dans un rapport récent, demandait une augmentation de la fiscalité sur les successions, remettait en cause le pacte Dutreil, qui est un dispositif qui exonère une grande partie de la base fiscale des transmissions d'entreprises à l'intérieur des familles. Or, la transmission en France est une vraie difficulté pour beaucoup de dirigeants actionnaires qui veulent partir en retraite. Et la vérité, c'est qu'il faudrait plutôt amplifier et multiplier les dispositifs du type pacte Dutreil pour protéger notre économie.

Les propositions d'Emmanuel Macron

Il n'y en a pas eu beaucoup. C'est le moins que l'on puisse dire. Mais enfin, néanmoins, il y en a eu une dans Le Parisien, la fameuse interview de la semaine dernière.

En dehors, des petites phrases, elle était quand même intéressante et le président de la République a déclaré qu'il n'augmenterait pas les impôts. Alors, je vous le concède, c'est un peu vague, c'est assez général, mais c'est quand même un engagement important. Ceci dit, je vous propose quelque chose de mieux : cessons de parler des impôts pendant cette campagne parce que quand on parle d'économie en France, on ne parle que de ça. Et je vous promets qu'il y a beaucoup d'autres sujets tout aussi intéressants.