Présidentielle : pourquoi la campagne peine à intéresser les Français

  • Copié
Nicolas Beytout, édité par Gauthier Delomez
La campagne présidentielle de 2022 bat son plein, et le thème de sécurité est déjà l'un des principaux sujets abordés par les candidats. D'ailleurs, mardi, la candidate LR Valérie Pécresse a accusé Emmanuel Macron de "baratiner" les Français. L'éditorialiste Nicolas Beytout voit dans cette campagne des ritournelles déjà usitées par le passé.
EDITO

Même si Emmanuel Macron n'a pas encore déclaré sa candidature à l'élection présidentielle , Valérie Pécresse , qui porte les couleurs des Républicains, s'en est pris au président mardi. Celle qui dirige la région Île-de-France a accusé le chef de l'Etat de "baratiner" les Français avant ses annonces sur la sécurité à Nice . Pour l'éditorialiste Nicolas Beytout, ce type de ritournelle revient tous les cinq ans, au moment des élections.

Le futur projet de loi sécurité présenté sous la prochaine mandature

"Baratiner" les Français, c’était la réponse du camp des Républicains à la promesse faite par Emmanuel Macron, la veille lors de son déplacement à Nice, de présenter courant mars une loi de programmation pour redimensionner durant les cinq prochaines années la politique de sécurité du pays. Et de fait, comme l’a souligné un des porte-paroles de Valérie Pécresse, le Parlement ne siègera que jusqu’au 28 février.

Si projet de loi il y a, il sera donc présenté hors session parlementaire et ne pourra pas être voté, et d’ailleurs, il n’y a plus une minute disponible dans l’agenda des députés. Ce projet de loi restera ainsi dans les cartons du gouvernement jusqu’au lendemain des législatives, si bien sûr Emmanuel Macron est réélu et sa majorité avec lui.

La sécurité, un thème qui s'est imposé lors des campagnes

En attendant, le bilan du chef de l'Etat en matière de sécurité est jugé "catastrophique" par l'opposition. C’est clairement un des points faibles du président sortant, et un conseiller de Valérie Pécresse disait mardi en off, à Europe 1, que la candidate LR allait l’exploiter durant toute la campagne. Elle doit faire, selon lui, une sortie par semaine sur ce thème. L’arrivée, sur la scène politique, d’Eric Zemmour qui vient renchérir sur les propositions de Marine Le Pen , impose à l’évidence de ne pas laisser le terrain libre, et d’être constamment présent dans la conversation. Et dans l’entourage d’Emmanuel Macron, on reconnaît que la société française a bougé depuis cinq ans, on admet qu’elle a glissé vers la droite, et que le débat s’est déporté, là encore vers la droite.

C’est assez frappant, d’ailleurs, de voir à quel point la campagne électorale, pour l’instant, tourne en rond. On parle de très peu de sujets, et on parle souvent comme on le fait à chaque élection depuis longtemps, de la sécurité, du régalien, de l’identité et de l’immigration. C’est bien entendu la conséquence du fait que la situation ne s’est pas du tout améliorée. Mais faut-il pour cela ressortir le nettoyeur haute pression, comme il y a 20 ans ? Il paraît même que la société Kärcher s’est émue de l’utilisation de sa marque, exactement comme elle l’avait fait avec Nicolas Sarkozy il y a 20 ans.

Parrainages, économie, nucléaire... Une impression de déjà-vu

La quête des 500 parrainages, nécessaires pour se présenter à l'élection présidentielle, est également un sujet récurrent. Il s'agit d'un dossier qui repart en-dessous de la pile des réformes à peine le président est-il élu ou réélu. Mais c’est la même chose en économie. On voit ressurgir, comme à chaque campagne électorale, le totem de l’ISF, éventuellement revampé façon écolo avec l’ISF-climat. Rien de très nouveau, donc, les mêmes arguments produisant les mêmes réactions.

C'est le cas aussi pour le débat sur le nucléaire, ou pour celui sur la réduction du nombre de fonctionnaires : 150.000 pour la droite républicaine, zéro pour Emmanuel Macron (avec un argument d’un classicisme presque confondant sur le thème : mais où voulez-vous supprimer des postes ? A l’hôpital, à l’école, dans la police ?). Ce n'est pas très innovant. Alors, attention, aucun de ces dossiers n’est médiocre ou sans importance, mais on a malgré tout une furieuse impression de déjà-vu.

Pourquoi il faut lire les sondages avec précaution

La campagne électorale de 2022 ne s'est pas, pour l'instant, emparée des sujets dits "de société". La légalisation du cannabis, la fin de vie, la GPA et tout ce qui a trait à la génétique. Ce sont des dossiers sur lesquels la controverse peut être vive, parce que les partis politiques eux-mêmes peuvent être traversés par une ligne de fracture. Ils viendront sans doute dans le débat, et on le sait d’expérience, la campagne électorale peut très bien se focaliser brutalement sur un thème qui dominera alors l’actualité.

Mais pour l’instant, on manque d’idées nouvelles, et cette campagne sous Covid est d’un classicisme tranquille. C’est aussi pour cette raison que, selon certains sondeurs, on compte encore 40% de Français qui ne sont pas sûrs de leur vote. Une proportion impressionnante, à moins de trois mois des élections, et qui incite évidemment à lire les sondages avec beaucoup de précautions.