Port du masque en entreprise : quelles règles à la rentrée ?

, modifié à
  • A
  • A
Quelles seront les règles à respecter en entreprise à la rentrée ? (photo d'illustration) 1:19
Quelles seront les règles à respecter en entreprise à la rentrée ? (photo d'illustration) © AFP
Partagez sur :
Cette semaine s'annonce cruciale dans l'élaboration du nouveau protocole sanitaire à appliquer dans les entreprises à la rentrée. Après une visioconférence avec les représentants syndicaux vendredi, le gouvernement doit tenir une réunion sur le sujet mardi. 
DÉCRYPTAGE

Les Français rentrent progressivement de vacances et le gouvernement pense déjà à la rentrée. Il faut notamment préciser le nouveau protocole sanitaire à appliquer dans les entreprises face à l'épidémie de coronavirus. Vendredi dernier, le ministère du Travail a organisé une visioconférence avec les représentants syndicaux et patronaux pour tâter le terrain et préparer une réunion qui doit se tenir mardi, afin d'élaborer les règles précises.

Ne pas envoyer de signes anxiogènes aux salariés

Car ce ne sera plus le protocole du déconfinement, mais un protocole national, prévu cette fois pour durer. La grande question est donc celle du port du masque. Et pour le patronat, il n'y a aucune raison de le rendre obligatoire sans statistiques fiables pour le justifier. Il ne faut pas non plus envoyer de signes anxiogènes aux salariés alors que la vraie reprise du travail se joue cette rentrée, argue-t-on. 

Selon nos informations, le gouvernement devrait plutôt poser un cadre général, avec port du masque obligatoire dès que la distanciation d'un mètre est susceptible de ne pas être respectée. C'est ce "susceptible" qui laisse la porte ouverte aux différentes appréciations, et surtout à une négociation entre direction et syndicats dans chaque entreprise, en fonction de la situation.

Masque obligatoire dans les open spaces ? 

Pour les personnes seules dans un bureau par exemple, pas besoin de masques. Dans les open spaces en revanche, là ou la distance d'un mètre est susceptible de ne pas être respectée, il pourrait devenir obligatoire, tout comme dans les ascenseurs. Toutes ces questions doivent encore être affinées mardi.

 

Europe 1
Par Carole Ferry, édité par Margaux Lannuzel