Coronavirus ou pas, le secteur du numérique continue de recruter des jeunes

, modifié à
  • A
  • A
Un ancien cuisinier a trouvé un poste de développeur web en six mois, avant même d'être diplômé. 1:18
Un ancien cuisinier a trouvé un poste de développeur web en six mois, avant même d'être diplômé. © Pixabay/Free-Photo
Partagez sur :
En l’espace de quatre ans, 28.000 personnes ont été formées par la Grande Ecole du numérique, un réseau de 500 formations accessibles partout en France, qui ont pu dans leur grande majorité trouver un emploi. A l’exemple d’Arnaud, jusque-là cuisinier, qui a été embauché rapidement malgré le coronavirus.
REPORTAGE

Alors que le gouvernement prépare un plan d’envergure pour soutenir l’emploi des jeunes, le numérique semble ne pas trop souffrir du choc économique lié au coronavirus. Ainsi, le secteur présente toujours d’importantes perspectives d’embauche, notamment pour les nouveaux entrants sur le marché du travail. C’est à partir de ce constat qu’a été créée il y a quatre ans ans la Grande Ecole du Numérique : un réseau de 500 formations, accessibles depuis n’importe quel endroit du territoire et destinées aux jeunes (avec ou sans diplôme) et aux personnes en quête de reconversion.

Europe 1 a rencontré Arnaud, un jeune cuisinier qui a réussi sa reconversion dans le numérique. 

D'un CAP cuisine au numérique 

Des fourneaux au numérique : Arnaud en rêvait… et il l’a fait ! Avec un CAP de cuisinier en poche, il a travaillé quatre ans dans la restauration. Cela ne lui déplaisait pas, mais l’informatique le démangeait depuis toujours. Il s’y est attelé d’abord seul dans son coin, jusqu'à cette formation en ligne proposée par la Grande Ecole du numérique.

"En autodidacte, je ne me sentais pas la légitimité de postuler à des offres, et j'avais selon moi un manque d'outils", témoigne-t-il au micro d'Europe 1. "En faisant une formation avec l'école, j'ai eu un retour avec mes profs sur le métier réel, qui m'a permis de me dire que j'étais légitime pour postuler à ce genre d'emplois."

Un poste de développeur en 6 mois

Moins de six mois plus tard, pas encore diplômé, le cuisinier touche-à-tout a trouvé un poste de développeur web. L’entreprise qui le recrute n’a pas deux ans, mais des commandes à foison pour ses bornes digitales, ses distributeurs et frigos connectés et ses logiciels de "click and collect" (acheter le produit en ligne et venir le chercher en magasin).

Arnaud a été embauché en plein confinement, ses entretiens se sont faits à distance. "C'est vrai qu'il s'agit d'un secteur qui permet de pouvoir trouver, même bloqué chez soi, du travail", constate le jeune homme. Et maintenant, tout va aller très vite : il quitte son Ardèche natale dans quelques jours pour démarrer sa nouvelle vie à 300 km de là, en Haute Savoie. Ce sera le 1er juillet.

Europe 1
Par Olivier Samain, édité par Séverine Mermilliod