Coronavirus : des commerçants essaient la livraison à domicile pour "ne pas rester sans revenus"

, modifié à
  • A
  • A
commerçants 1:38
Une des solution trouvée est la livraison à domicile. Un nouveau métier pour ces commerçants dont les coordonnées sont diffusées sur les réseaux sociaux ou par les mairies. © Pixabay
Partagez sur :
Avec la fermeture des marchés, petits producteurs en vente directe et maraîchers doivent s’adapter. Et l'une des solution trouvées est la livraison à domicile. Un nouveau métier et un véritable défi pour ces commerçants dont les coordonnées sont diffusées sur les réseaux sociaux ou par les mairies. 

Avec les mesures de confinement liées au coronavirus, petits producteurs en vente directe et maraîchers doivent s'adapter pour ne pas perdre toutes leurs marchandises, dont certaines sont périssables. Europe 1 a rencontré des commerçants qui se lancent dans la livraison à domicile dans la région d’Arras et de Béthune, pour éviter la perte sèche.

Maraîcher dans la région d’Arras, Thierry se réorganise dans l’urgence pour organiser dès demain ses livraisons à domicile. "Je vais prendre les commandes des gens. Tout préparer dans les caisses avec leur nom et adresse puis j’irai les livrer", explique-t-il. Des livraisons qui permettent de garantir un minimum de chiffre d’affaire pour ces commerçants privés de marchés. Christelle pourra ainsi écouler sa production de beurre et de produits laitiers, issus de son élevage : "C’est tout à fait vital, les charges vont tomber et on ne peut pas rester sans revenus. Si on ne travaille pas, on a rien."

"Il faut rendre service aux clients"

Thibault y voit, lui aussi, une façon de fidéliser la clientèle. "Moi j’ai des personnes âgées qui, avec la situation actuelle, ne pourraient pas bouger donc elles ne pourraient pas venir au marché. Ils nous nourrissent tout le long de l’année, maintenant c'est l’inverse, il faut rendre service aux clients en fin de compte", souligne-t-il.

 

Des kilomètres en perspective que Kevin, marchand de fruits et de légumes envisage même comme une sorte de mission. "On a deux fois plus de boulots. Mais je m’en fous si ça dure deux mois je ferai pendant deux mois des livraisons."

Et pour chaque livraison, les commerçants promettent prendre toutes les précautions. Tous les gestes barrières sont bien sûr respectés.

Europe 1
Par Lionnel Gougelot édité par Olfa Ayed