Coronavirus : est-on parti pour deux ans de crise économique ?

  • A
  • A
La France pourrait mettre deux ans à remonter la pente. 2:40
La France pourrait mettre deux ans à remonter la pente. © AFP
Partagez sur :
L'économie française va mettre du temps à se remettre de la crise sanitaire du coronavirus, avertit mardi la Banque de France. "Les conséquences de la crise sanitaire sont lourdes, et vont continuer à se faire sentir", décrypte Philippe Dessertine, économiste, au micro d'Europe 1. "Deux ans (de crise), ça me paraît plausible", affirme-t-il. 
INTERVIEW

Après sa mise à l'arrêt et son redémarrage progressif, l'économie française va mettre du temps à se remettre de la pandémie de coronavirus, prévient la Banque de France mardi. "Deux ans, ça me paraît plausible", affirme Philippe Dessertine, économiste, au micro d'Europe 1. "Les conséquences de la crise sanitaire sont lourdes, et vont continuer à se faire sentir", prévient-il. 

La Banque de France anticipe une chute record d'environ 10% du PIB cette année, ainsi qu'un taux de chômage historique mi-2021, qui pourrait atteindre 11,5%. "La sortie du chômage partiel va entraîner, vers septembre ou octobre, une montée forte du chômage", prévoit Philippe Dessertine. Pour le moment, ce dispositif a permis selon lui d'éviter de grands plans de licenciements. "Ensuite, les PME risquent de souffrir", déplore-t-il.

Vers une augmentation des impôts ? 

Et cette hausse du chômage risque de peser sur la dépense publique. "L'une des solutions, qui est une solution partielle, est la solution de l'impôt", explique l'économiste. Mais là encore, les inconnues sont nombreuses. Quel type d'impôt, par exemple, pourrait être augmenté ? "L'ISF n'est pas une solution, il rapporte très peu par rapport à la TVA ou à la CSG", écarte Philippe Dessertine.

"C'est un cercle vicieux"

Il est toutefois dubitatif quant à l'opportunité d'augmenter la TVA, puisque cela pourrait décourager la consommation des Français... et donc empêcher la relance de l'économie. "C'est un cercle vicieux...", dit-il. La reprise de la consommation des ménages est, selon la Banque de France, "l'élément essentiel" de la reprise. Avec une épargne cumulée autour de 100 milliards d'euros, le taux d'épargne des ménages dépassera les 22% cette année et la consommation reculera de 9,3%.

Europe 1
Par Laetitia Drevet