Protocole sanitaire, huis clos... Cinq questions sur la reprise de la Bundesliga

, modifié à
  • A
  • A
Coronavirus Bundesliga 1:21
Les joueurs devront suivre un protocole sanitaire draconien lors des matches. © Handout, Tim REHBEIN / FC SCHALKE 04 / AFP
Partagez sur :
Interrompu le 31 mars en raison de la crise du coronavirus, la Bundesliga est le premier des grands championnats européens à reprendre, samedi. Le protocole sanitaire, extrêmement lourd, promet une compétition transfigurée. 

Après un mois et demi d'arrêt et avec une préparation tronquée, le championnat d'Allemagne de football se relance samedi, à 15h30. Mais cette reprise ultra-médiatisée se fera sous haute surveillance sanitaire en raison de la crise du coronavirus, qui sévit toujours dans le pays, même si sa propagation est plus faible qu'ailleurs en Europe. "Le monde entier regarde maintenant vers nous", a résumé l'entraîneur du Bayern Munich Hansi Flick. Europe 1 répond à cinq questions sur une reprise très attendue mais à haut risque.

Pourquoi la Bundesliga reprend-elle si tôt ?

La Ligue 1 s'est arrêtée définitivement, la Liga espagnole, la Premier League anglaise et la Serie A italienne sont elles toujours en attente. La Bundesliga est, pour le moment, le seul des grands championnats européens à reprendre depuis l'interruption en mars. Mais pourquoi les joueurs retrouvent-ils le terrain si tôt ? La reprise des matches en première et deuxième division a été jugée "acceptable" par le gouvernement pour "limiter le dommage économique".

La Ligue allemande de football (DFL) plaidait depuis longtemps pour cette reprise, vitale pour la survie économique d'un secteur qui emploie en Allemagne 56.000 personnes. La diffusion des rencontres permettra notamment aux clubs de percevoir 300 millions d'euros de droits TV. 

L'économique, mais aussi le sportif : "Il est important que la saison se décide sur le terrain, et non sur tapis vert" comme en France par exemple, a déclaré le patron du Bayern Munich Karl-Heinz Rummenigge.

Le protocole sanitaire sera-t-il draconien ?

Le pilier du plan de la Ligue allemande de football (DFL) pour la reprise est la mise en oeuvre massive de tests pour les joueurs et leur encadrement, deux fois par semaine minimum et à la veille de chaque match. Mais aussi la mise à l'écart immédiate au sein des clubs de toute personne déclarée positive. La décision de placer en quarantaine le reste de l'équipe ne dépend pas des clubs, mais des autorités locales de santé.

Pour les joueurs, il faudra se plier aux exigences du protocole sanitaire, qui va totalement bouleverser les routines les jours de match : respect des distances dans les vestiaires, entrée sur le terrain séparément pour les deux équipes, interdiction des poignées de main ou des embrassades pour célébrer les buts, port du masque pour les remplaçants et le coach sur le banc de touche…

Les risques ne sont en tout cas pas mineurs pour les joueurs. Chez les sportifs professionnels, certains dommages causés par une infection pulmonaire "peuvent être irréversibles", fait valoir le docteur Wilhelm Bloch, médecin à l'Ecole supérieure du sport de Cologne.

Que va-t-il se passer s'il y a des cas positifs ?

À l'heure actuelle, l'objectif est de terminer le championnat le 27 juin. Mais la Ligue n'exclut pas des prolongations en juillet, si certains clubs contaminés étaient contraints par leurs autorités locales de se mettre en quarantaine. 

Pour l'heure, un seul est dans cette situation, le Dynamo Dresde (deuxième division), après la détection de deux cas. En première division, plusieurs joueurs ont été testés positifs et placés à l'isolement, mais toutes les équipes sont autorisées à jouer samedi, sur la base des tests réalisés régulièrement.

Il n'y aura personne dans les tribunes ?

Cette reprise se déroulera cependant dans un climat étrange. En temps normal, la Bundesliga attire des foules immenses (plus de 43.000 spectateurs de moyenne la saison passée, deux fois plus qu'en France !), dans des ambiances souvent fantastiques, comme à Francfort ou à Dortmund. Mais avec la pandémie, les tribunes les plus remplies d'Europe résonneront creux, puisque le championnat se déroulera jusqu'à son terme à huis clos, ou presque. 

Environ 300 personnes sont admises au stade les jours de match, mais divisées en trois zones qui ne doivent avoir aucun contact entre elles : zone "pelouse" (équipes, arbitres, secouristes, photographes en nombre limité), zone "tribune" (presse, également en nombre très limité, et caméramen), et zone "extérieure stade", soit toute la zone comprise à l'intérieur des murs ou des grillages de l'enceinte. Chaque zone ne peut accueillir qu'un maximum d'environ 100 personnes.

Pour tromper ce sinistre spectacle, le club de Mönchengladbach a eu une belle idée : les supporters ont été invité à télécharger des photos d'eux en ligne, afin de commander une découpe en carton de leur portrait pour le stade, à 20 euros. À ce jour, pas moins de 12.000 découpes ont été commandées pour le Borussia Park, de quoi garnir au moins artificiellement les tribunes. 

Et la compétition dans tout ça ?

Sur le plan sportif, la Bundesliga ne manquera pas d'intérêt. Au moment de l'interruption, fin mars, le Bayern Munich possédait certes quatre points d'avance sur Dortmund et cinq sur Leipzig, et semblait être en route vers un huitième titre de champion consécutif. Mais les opposants au Bayern ont rarement été aussi bien armés pour damer le pion aux stars bavaroises, dont les champions du monde français Benjamin Pavard, Lucas Hernandez et Corentin Tolisso.

Le championnat rouvre avec une affiche prestigieuse : le fameux "derby de la Ruhr" entre le Borussia Dortmund et son voisin Schalke 04, devant un "mur jaune" (la tribune vertigineuse des plus fervents supporters du BVB) entièrement vide. Quatre autres matches auront lieu à 15h30, avant un très prometteur Eintracht Francfort - Borussia Mönchengladbach (sans ses supporters en carton, donc) à 18h30. Deux matches auront lieu dimanche, dont le Bayern Munich sur la pelouse de l'Union Berlin, avant la clôture de la journée, lundi soir.

Le programme de cette 26e journée de Bundesliga :

Samedi, 15h30

Borussia Dortmund - Schalke 04
Fortuna Düsseldorf - Paderborn
Hoffenheim - Hertha Berlin
Augsbourg - Wolfsburg
RB Leipzig - Fribourg

Samedi, 18h30

Eintracht Francfort - Borussia M'Gladbach

Dimanche, 15h30

Cologne - Mayence

Dimanche, 18h

Union Berlin - Bayern Munich

Lundi, 20h30

Werder Brême - Bayer Leverkusen