Coupe du monde féminine : cinq choses à savoir sur France-Norvège

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Les Bleues, qui ont gagné leur premier match de poule contre la Corée du Sud (4-0), peuvent se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde en cas de succès contre la Norvège, mercredi soir.

L’équipe de France veut poursuivre sur sa lancée. Les Bleues, qui ont facilement battu la Corée du Sud en ouverture (4-0) de "leur" Coupe du monde, passent un premier test face à la Norvège (21h), mercredi soir à Nice. Les Norvégiennes, également vainqueures de leur premier match de poule (3-0 contre le Nigeria), s’annoncent comme un adversaire coriace.

Les huitièmes de finale comme enjeu

Les filles de Corinne Diacre peuvent d’ores et déjà se qualifier pour les huitièmes de finale. Pour cela, les Tricolores doivent s’imposer contre la Norvège, tout en espérant un nul dans l’autre match du groupe entre le Nigeria et la Corée du Sud (mercredi à 15h). Une victoire seule approcherait également grandement les Françaises d’une qualification, avant un dernier match a priori facile contre le Nigeria, le 17 juin prochain.

Un premier test pour les Tricolores

Si la Corée du Sud n’a pas fait le poids, la Norvège est d’un tout autre calibre. La sélection norvégienne est l’une des grandes nations historiques du foot féminin, avec une Coupe du monde en 1995 et les Jeux olympiques en 2000 à leur palmarès. Les Scandinaves ont cependant déçu lors des dernières grandes compétitions, avec une élimination en huitième de finale au Mondial 2015, et surtout une piteuse sortie de route dès le premier tour de l’Euro 2017. Mais depuis, la Norvège s’est reconstruite et a même terminé en tête de sa poule de qualifications, devant les championnes d’Europe néerlandaises.

Elles sont joueuses, arbitres, coachs, agents, supportrices : découvrez "Les Attaquantes", le podcast qui raconte les femmes dans le foot, une série originale en 7 épisodes sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSoundCloudDailymotionYouTube, et toutes vos plateformes habituelles d’écoute. Et si vous appréciez, abonnez-vous, commentez et ajoutez des étoiles !

Ada Hegerberg, la grande absente  

Les Norvègiennes ne pourront cependant pas compter sur Ada Hegerberg, la star de l’Olympique lyonnais. Le premier Ballon d’Or féminin de l’histoire, en froid avec sa fédération, refuse de jouer avec sa sélection depuis deux ans. Sans l’attaquante de l’OL, la Norvège n’est pas déplumée pour autant. L’ailière Caroline Graham Hansen, qui vient de rejoindre le FC Barcelone, sera le principal danger à suivre pour les Bleues.  

Wendie Renard fait peur aux Norvégiennes

Pour tenter de stopper Wendie Renard, auteure de deux buts de la tête contre la Corée du Sud, le staff de la Norvège a tenté une drôle de méthode. Les Norvégiennes se sont préparées à affronter la redoutable défenseure centrale française d’un mètre 87 en sollicitant… le chargé de presse de l’équipe. Du haut de son mètre 96, le dénommé Terje Skeie a "joué" le rôle de la star de l’OL, lundi à l’entraînement. "Il lui ressemble, non ? On avait même pensé lui mettre une perruque", a plaisanté le coach de la sélection norvégienne, Martin Sjögren. Pas sûr, toutefois, que cela suffise à arrêter Wendie Renard.

L’Allianz Riviera à guichets fermés

La rencontre contre la Norvège sera aussi l’occasion d’entretenir la ferveur autour des Bleues. Après un match contre la Corée du Sud dans un Parc des Princes archi-comble, l’équipe de France jouera une deuxième fois de suite à guichets fermés, mercredi soir à l’Allianz Riviera de Nice. Les 6.000 billets restants contre les Norvégiennes se sont ainsi vendus comme des petits pains ces derniers jours. Plus de 35.000 spectateurs sont attendus dans l’enceinte de l’OGC Nice.