Tariq Ramadan mis en examen pour quatre viols : "C'est une véritable dérive", dénonce son avocat

, modifié à
  • A
  • A
Tariq Ramadan 0:57
Tariq Ramadan a été mis en examen pour deux nouveaux viols jeudi soir. © MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :
Tariq Ramadan a été mis en examen pour deux nouveaux viols jeudi soir. En tout, l'islamologue est donc poursuivi pour les viols de quatre femmes. Son avocat, Emmanuel Marsigny, a qualifié cette nouvelle mise en examen de "grotesque" sur Europe 1 vendredi et dénoncé un acharnement sur son client. 
INTERVIEW

Tariq Ramadan est désormais mis en examen pour les viols de quatre femmes. Jeudi soir, au terme de près de cinq heures d'interrogatoire, Tariq Ramadan a été mis en examen pour le viol de deux femmes. Les faits se seraient déroulés à Paris en 2015 et 2016. En septembre dernier, Europe 1 révélait les témoignages de ces femmes. L'avocat de Tariq ramadan, Emmanuel Marsigny dénonce vendredi sur notre antenne un acharnement contre son client. "Ce qui se passe est inquiétant, c'est une véritable dérive. [...] Cette mise en examen aujourd'hui, je ne peux la qualifier que de grotesque", estime Me Emmanuel Marsigny. 

Les deux femmes, interrogées comme témoins par les policiers en février 2019, ont été identifiées sur des photos retrouvées dans l'ordinateur de l'islamologue suisse de 57 ans. Entendues en février 2019, elles ont raconté aux policiers comment ce "manipulateur" les avait entraînées chacune dans une relation "dominant-dominé" virtuelle, avant un rendez-vous brutal dans un hôtel parisien.

"Il est temps que la justice arrête de vouloir charger la barque Ramadan coûte que coûte"

"Ce dossier, qui n'en était plus un, puisque l'enquête a pu démontrer des mensonges avérés des premières accusatrices, il fallait nécessairement le sauver de son naufrage judiciaire, d'où cette mise en examen qui n'est qu'une tentative désespérée de faire revivre cette affaire", a ajouté l'avocat de l'islamologue. 

Après avoir nié toute relation avec ses deux premières accusatrices, Tariq Ramadan avait fait volte-face en octobre 2018, après neuf mois de dénégations. Il plaide désormais des "relations consenties". "Il est temps, à un moment ou à un autre, que la justice fasse son travail et arrête de vouloir charger la barque Ramadan coûte que coûte", a souligné l'avocat de l'islamologue. Libéré le 16 novembre 2018, après presque 10 mois de détention, Tariq Ramadan a remis ses passeports suisse et britannique et est interdit de quitter la France.

Europe 1
Par Romane Hocquet, avec AFP, édité par Céline Brégand