Affaire Tariq Ramadan : "Il paralyse encore des femmes qui pourraient parler"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La journaliste Bernadette Sauvaget publie "L'affaire Ramadan : sexe et mensonge, la chute d'une icône" sur le théologien musulman accusé de viols. Elle y livre le premier témoignage de la quatrième victime présumée.
INTERVIEW

Bernadette Sauvaget, journaliste à "Libération", publie mercredi son enquête L'affaire Ramadan : sexe et mensonge, la chute d'une icône, une semaine après le théologien musulman incarcéré pendant dix mois entre 2017 et 2018, qui conteste tous les viols dont il est accusé dans Devoir de vérité. "Tariq Ramadan a eu la capacité de paralyser les femmes qui auraient pu parler et paralyse encore des femmes qui pourraient parler", raconte la spécialiste des questions de religions au micro d'Europe 1 mardi.

Dans son livre, la journaliste révèle notamment le témoignage exclusif de la première victime présumée du théologien : Brigitte, dont le nom a été modifié, qui aurait été séquestrée et violée en octobre 2008. Bernadette Sauvaget explique pourquoi elle n'a porté plainte qu'en avril 2018. "Les avocats de Tariq Ramadan ont entamé des procédures pour la mise sous silence, elle ne pouvait pas s'exprimer publiquement sur l'affaire", constate-elle.

Il a fasciné les femmes qu'il a séduite autant que ses auditoires

Les trois autres victimes présumées ont mis également plusieurs mois, voire plusieurs années, avant de porter plainte. Les cercles proches de Tariq Ramadan informés de sa double vie, eux non plus, n'ont jamais parlé. "Il a fasciné les femmes qu'il a séduite autant que ses auditoires : j'ai rencontré un de ses anciens lieutenants qui a été prévenu mais qui n'y a pas cru", confie Bernadette Sauvaget, qui a rencontré pour la première fois le théologien en 1999.

Dans son livre, la journaliste qualifie le théologien de "star de l'islam". "Il a été une figure centrale de l'islam francophone pendant un quart de siècle, à partir des années 1990", explique-t-elle. "Il s'adressait aux jeunes générations de musulmans qui sont nées et ont grandi en France et sa force a été de renouveler ses auditoires."

Tariq Ramadan est mis en examen depuis février 2018 pour deux viols en France, dont un sur personne vulnérable : en octobre 2009 à Lyon sur une femme surnommée Christelle dans les médias et au printemps 2012 sur Henda Ayari. Pour la troisième plainte, il est actuellement placé sous le statut intermédiaire de témoin assisté. A l'automne, il sera entendu à Paris par un procureur suisse en vue d'une éventuelle inculpation pour un cinquième viol en Suisse.