Le mari de Michèle est en Ehpad : "Je suis dans l'angoisse la plus totale"

  • A
  • A
Les Ehpad pourraient payer un lourd tribut pendant l'épidémie de coronavirus. 3:45
Les Ehpad pourraient payer un lourd tribut pendant l'épidémie de coronavirus. © Loic VENANCE / AFP
Partagez sur :
Michèle, dont le mari est dans un Ehpad de la région parisienne, a livré un témoignage bouleversant sur Europe 1 mercredi. "Je ne le reverrai pas", a-t-elle assuré, alors que l’inquiétude monte autour des établissements d'accueil de personnes âgées en pleine pandémie de coronavirus.
TÉMOIGNAGE

Les familles de personnes placées en Ehpad vivent dans la crainte depuis plusieurs jours. Avec la progression de la pandémie de coronavirus, et plusieurs cas de décès chez des résidents de ces maisons de retraite, l’inquiétude monte. Une auditrice d’Europe 1, dont le mari est dans un Ehpad de région parisienne depuis trois ans, a livré mercredi soir un témoignage bouleversant sur cette situation.

"On a été super heureux, mais je ne le reverrai pas. Je sais comment ça se passe en ce moment avec les pompes funèbres, je ne sais même pas si je pourrai assister à la crémation. Je suis confinée toute seule. C’est dramatique ce qui se passe", a déploré Michèle.

"Ce matin, deux résidents sont décédés" 

L’époux de Michèle est actuellement dans une unité protégée réservée aux personnes atteintes d’Alzheimer. Mais malgré les mesures de précaution, le coronavirus a déjà provoqué la mort de plusieurs résidents. "Il va y avoir une catastrophe dans les Ehpad. Ils sont quatorze dans l’unité réservée où est mon mari. Ce matin, deux nouveaux résidents sont décédés. Au total, quatre sur quatorze sont déjà morts. Je suis dans l’angoisse la plus totale pour mon mari", s’est inquiétée Michèle.

"On ne peut pas appeler trop souvent parce que les soignants font tout ce qu’ils peuvent. J’ai de la chance d’avoir mis mon mari dans un Ehpad qui ne manque pas de masques ni de tenues, les soignants ont des surblouses et des charlottes. Mais malheureusement le coronavirus est entré à l’intérieur", a poursuivi Michèle.

"Je n’ai pas pu joindre mon mari"

"Certains Ehpad ne sont pas équipés comme celui-ci. Quand on saura le nombre exact de morts, ça va être très très important", a prévenu Michèle, qui n’a pas encore pu entrer en contact avec son époux depuis le début de l’épidémie.

"Je n’ai pas pu joindre mon mari. On me dit qu’il est toujours très fatigué. On lui a mis le téléphone près de l’oreille, mais il ne répond pas. Aujourd’hui il a mangé et bu, mon moral est remonté", a-t-elle tout de même voulu positiver.