Le coronavirus ne survit pas dans l'eau de mer : "C’est tout à fait rassurant"

, modifié à
  • A
  • A
"Pour le moment, dans les coquillages, nous n’avons jamais détecté de trace de Sars-COV 2." 1:25
"Pour le moment, dans les coquillages, nous n’avons jamais détecté de trace de Sars-COV 2." © AFP
Partagez sur :
Il y a quelques semaines, des chercheurs avaient détecté des traces du virus dans les eaux usées, suscitant le doute sur son éventuelle circulation dans l'eau de mer. L'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer a mené une première étude sur le sujet, et les résultats sont, dit-il, "rassurants". 

Alors que débute le long week-end de l’Ascension, de nombreuses plages ont déjà pu rouvrir en France, dans le Nord, dans le Finistère, dans les Côtes-d'Armor, en Vendée, ou encore dans les Alpes-Maritimes et les Pyrénées-Atlantiques. Et les Français pourront en profiter sans crainte. S'il y a quelques semaines encore, un doute subsistait sur une possible circulation du coronavirus dans l’eau de mer, l’Ifremer (l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer) a mené une première étude sur le sujet, et les résultats sont, dit-il, "rassurants". 

"Pas de trace de Sars-Cov 2 dans les coquillages"

Pour mener cette étude, les chercheurs ont réalisé des tests PCR dans les tissus digestifs d’huîtres, de moules. Des analyses réalisées également sur des échantillons d’eau de mer dans toutes les zones maritimes du pays. "Pour le moment, dans les coquillages, nous n’avons jamais détecté de trace de Sars-COV 2. Surtout que pour cette étude, nous nous sommes mis dans des zones très contaminées par le rejet des eaux usées, on a donc maximisé les chances de trouver du virus", assure Soizick Le Guyader, virologiste à l’Ifremer, au micro d'Europe 1.

Oui à la baignade... mais en respectant la distanciation sociale

Vous pouvez donc déguster des fruits de mer sans crainte. Et aucune trace non plus du virus dans l’eau de mer. Même si d’autres chercheurs avaient détecté le Covid-19 dans des eaux usées, cette étude de l’Ifremer montre que le virus ne survit pas jusque dans la mer. Reste le problème de la proximité entre les baigneurs... vous pouvez donc vous baigner mais en respectant toujours les distance de sécurité !

Europe 1
Par Victor Dhollande, édité par Laetitia Drevet