L'application StopCovid en tête des téléchargements en France mercredi

, modifié à
  • A
  • A
Le secrétaire d'Etat au numérique Cédric O a indiqué mardi que le nombre de téléchargements de l'application StopCovid avait atteint les 600.000.
Le secrétaire d'Etat au numérique Cédric O a indiqué mardi que le nombre de téléchargements de l'application StopCovid avait atteint les 600.000. © Clément Lesaffre / Europe 1
Partagez sur :
StopCovid, l'application de traçage de contacts mise en place par le gouvernement pour lutter contre la pandémie de coronavirus a été lancée mardi. Mercredi, elle s'affiche en tête des téléchargements en France sur les magasins d'applications de Google et d'Apple, selon une société spécialisée. Le gouvernement revendique 600.000 téléchargements.

L'application de traçage de contacts pour smartphones StopCovid déployée en France dans le cadre de la pandémie de coronavirus, était en tête des téléchargements en France mercredi matin sur les magasins d'applications de Google et d'Apple, selon la société spécialisée AppAnnie. 

La société ne communique pas de chiffres sur le nombre de téléchargements, mais en début de matinée, le secrétaire d'Etat au numérique Cédric O avait indiqué sur France 2 que le nombre de téléchargements avait atteint les 600.000. "C'est un très bon démarrage", avait-il estimé.

Le gouvernement espère que "plusieurs millions de Français" vont télécharger l'application

L'application StopCovid doit permettre à ses utilisateurs d'être prévenus s'ils ont croisé récemment, à moins d'un mètre et pendant plus de 15 minutes, un autre utilisateur qui s'est découvert contaminé par le coronavirus responsable du Covid-19.

Selon Cédric O, le gouvernement espère que "plusieurs millions de Français" vont télécharger l'application, pour qu'elle soit le plus efficace possible. StopCovid sera la plus utile dans les endroits ou l'on croise des personnes que l'on ne connaît pas, comme les "bars et restaurants, les transports en commun, les commerces", a-t-il expliqué.

Un premier pas vers une société de surveillance

L'application est toutefois critiquée par des experts en informatique et des juristes, qui y voient un premier pas vers une société de la surveillance où nos faits et gestes seraient tracés en permanence par des systèmes automatiques.

Mais pour le gouvernement, des verrous suffisants empêchent tout détournement à des fins de surveillance - notamment le fait que l'application fonctionne avec des pseudonymes changeant régulièrement, et non des identifiants en clair. Le téléchargement de l'application est un acte strictement volontaire. Nul employeur, commerçant, fournisseur de services, autorité n'a le droit de l'imposer.