Jean-Michel Blanquer : une reprise en septembre "n'est pas le scénario principal"

  • A
  • A
Coronavirus Blanquer
Jean-Michel Blanquer a confirmé que les vacances d'été débuteraient le 4 juillet prochain. © AFP
Partagez sur :
Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a fait le point vendredi après-midi sur le calendrier de réouverture des établissements scolaires. Un retour en mai, malgré un confinement probablement prolongé, est toujours "sur la table".

Quand les élèves français pourront-ils retourner en classe ? Confinés depuis près d'un mois pour lutter contre le coronavirus, ils ne devraient sans doute pas retourner dans leur établissement au mois d'avril, car le confinement général de la population sera probablement prolongé bien au-delà du mardi 14 avril. Mais selon les déclarations du ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer, vendredi après-midi, sur Brut, une reprise en septembre n'est pas le scénario privilégié.

Selon le ministre, cette hypothèse "n'émerge pas davantage que les autres" : "Je ne dis pas que ça ne va pas arriver, je dis que ce n'est pas le scénario principal aujourd'hui", estime-t-il. Pas septembre, mais plutôt mai ? Une reprise le 4 mai, privilégiée par Jean-Michel Blanquer au début du confinement, est "un peu moins probable aujourd'hui". "L'idée de revenir en mai est une idée sur la table", élude-t-il, listant les dates possibles du "4, 11, 19 mai". 

Les classes divisées ?

"Il peut y avoir des différenciations, pourquoi pas", par régions, selon l'évolution de l'épidémie, avance encore Jean-Michel Blanquer. "Ce sont les autorités qui nous le diront." Le fait de séparer les élèves d'une même classe "peut être une idée", avec par exemple "une partie des élèves qui seront là le matin, et l'autre l'après-midi de façon à ce qu'on puisse avoir ces règles" de distanciation sociale. "Ce serait une période de transition", estime Jean-Michel Blanquer, qui a par ailleurs confirmé que "la date des grandes vacances ne changerait pas, ce sera le 4 juillet".

Auprès de Brut, Jean-Michel Blanquer a annoncé que les oraux de BTS ne seraient "pas maintenus" : "Les mêmes règles que celles du bac seront appliquées avec une notation au contrôle continu". Oraux supprimés pour les BTS, mais pas pour les épreuves anticipées de français en Première : "Il n’y a pas de note de contrôle continu sur cette épreuve. Profitez de ce temps de confinement pour réviser vos textes", conseille le ministre.

Nouvelles annonces mardi

Par ailleurs, "il y aura une clause d’assiduité pour les élèves, les jurys pourront prendre en compte l’engagement de chaque élève et garantir l’équité" devant l'épreuve. "Un élève qui a moins de 8 au contrôle continu pourra passer la session de rattrapage en septembre selon son assiduité et son engagement." Enfin, "des annonces supplémentaires seront faites mardi concernant les études supérieures et les concours", affirme le ministre de l'Éducation.