Coronavirus : 84.613 morts, les indicateurs se dégradent

, modifié à
  • A
  • A
Lundi, la France dénombre 84.613 morts du coronavirus, tandis que les indicateurs de l'épidémie se dégradent.
Lundi, la France dénombre 84.613 morts du coronavirus, tandis que les indicateurs de l'épidémie se dégradent. © Ali AL-DAHER / AFP
Partagez sur :
Lundi, la France dénombre 84.613 morts du coronavirus, tandis que les indicateurs de l'épidémie se dégradent. Le préfet des Alpes-Maritimes a annoncé la mise en place d'un confinement sur le littoral pour les deux prochains week-end, ainsi que la fermeture des commerces de plus de 5.000 m2 pour lutter contre la circulation de l'épidémie dans le département. Par ailleurs, la campagne de vaccination se poursuit partout dans le monde, ce qui n’a pas empêché les Etats-Unis de franchir la barre des 500.000 morts. 
L'ESSENTIEL

Lundi, la France compte 84.613 morts du coronavirus, alors que le préfet des Alpes-Maritimes vient d'annoncer le confinement du littoral pour les deux prochains week-end. Une mesure ciblée pour endiguer la circulation très élevée du virus dans le département. Pendant ce temps-là en Angleterre, le Premier ministre a annoncé son plan pour sortir du confinement, avec un retour à la normale prévue d'ici fin juin. 

Les principales informations à retenir :

  • Le bilan grimpe à 84.613 morts en France, les indicateurs se dégradent  
  • Confinement du littoral des Alpes-Maritimes pour les deux prochains week-ends
  • Les vaccinations des 50-64 ans en entreprise et ailleurs seront possibles jeudi
  • Les Etats-Unis franchissent la barre des 500.000 morts
  • En Angleterre, Boris Johnson a présenté son "plan déconfinement"

Les indicateurs se dégradent en France

La France comptait ce lundi 84.613 morts du coronavirus, soit 333 de plus sur les dernières 24 heures. Les hospitalisations et les réanimations repartent à la hausse sur ce même laps de temps, puisque le solde est de 367 patients supplémentaires pour les hospitalisations, soit un total de 25.831.

Concernant les cas graves en réanimations, on compte 15 admissions supplémentaires depuis le dernier pointage, faisant passer la barre des 3.400 cas (3.407). Par ailleurs, 4.646 nouveaux cas ont été détectés sur les dernières 24 heures. Mais cette dernière donnée est à prendre avec précaution, en raison des perturbations des remontées dû au week-end. 

Nouvelles restrictions dans les Alpes-Maritimes

Des mesures de confinement vont être mises en œuvre pour les deux prochains week-ends dans les communes du littoral des Alpes-Maritimes pour lutter contre la propagation du Covid-19, a annoncé lundi le préfet Bernard Gonzalez. Des sorties d'une heure seront autorisées avec dérogation (médecins, animaux de compagnie, sport, promenade) dans un rayon de 5km du domicile du vendredi 18h au lundi 06h dans une zone s'étendant de Théoule-sur-Mer à Menton, qui concentre près de 90% de la population du département.

Une telle mesure de confinement territorialisé est une première depuis le début de la crise sanitaire sur le territoire métropolitain. Par ailleurs, pour 15 jours à compter de mardi, les commerces de plus de 5.000m2, sauf les pharmacies et les commerces alimentaires, seront par ailleurs fermés dans le département, a précisé au cours d'une conférence de presse le préfet. Pour les commerces de plus de 400m2, la jauge passera de 10 à 15 m2 par visiteur. Le préfet qui a appelé à ce que les gestes barrière soient "appliqués très strictement", a notamment demandé "aux exploitants de commerce" concernés "de se doter d'un médiateur Covid" chargé de faire respecter les règles.

Les contrôles à la frontière italienne seront également renforcés, comme les contrôles dans les aéroports, a poursuivi le préfet, évoquant la possibilité de faire passer un test PCR à l'ensemble des passagers d'un vol. Le préfet a également annoncé une "accélération" de la campagne vaccinale dans le département, où environ 4.500 doses du vaccin Pfizer doivent être réceptionnées dans les prochains jours - soit 1.000 de plus que ce qu'avaient déjà promis les autorités lors de la visite du ministre de la Santé Olivier Véran à Nice samedi.

Enfin, la possibilité de se faire vacciner sera offerte aux personnes âgées de 59 à 64 ans et souffrant de comorbidités: dans cet objectif, de nombreuses doses du vaccin d'AstraZeneca doivent être envoyées dans les Alpes-Maritimes prochainement, a encore assuré Bernard Gonzalez.

Vaccination possible pour les 50-64 ans vulnérables, y compris en entreprise, dès jeudi

"Conformément aux recommandations du 2 février 2021 de la Haute autorité de santé (HAS), il a été décidé qu'à compter du 25 février 2021, après les professionnels de santé et du médico-social, le vaccin AstraZeneca sera utilisé notamment pour la vaccination des personnes de 50 à 64 ans inclus atteintes de comorbidités", indique un communiqué du secrétariat d'Etat chargé des retraites et de la santé au travail. Les médecins de ville pourront donc prochainement procéder aux première injections.

Dans la même dynamique, les médecins du travail pourront administrer le vaccin AstraZeneca, à compter de la même date, aux salariés de 50 à 64 ans atteints de comorbidités, a rappelé lundi le secrétaire  d'Etat Laurent Pietraszewski dans son communiqué.

Cinq nouveaux cas au sein du XV de France, dont le capitaine Charles Ollivon

Cinq nouveaux joueurs du XV de France ont été testés positifs, dont le capitaine Charles Ollivon, a annoncé lundi la Fédération française de rugby, à six jours du match des Bleus face à l'Ecosse. Les Toulousains Cyril Baille et Peato Mauvaka, les Toulonnais Romain Taofifenua et Charles Ollivon ainsi que le Rochelais Brice Dulin ne pourront donc pas affronter l'Ecosse, dimanche, dans le Tournoi des six nations. Leur dépistage positif porte à quatorze le nombre de cas de Covid avérés au sein de la sélection et de l'encadrement, après le sélectionneur Fabien Galthié, le demi de mêlée Antoine Dupont ou le pilier Mohamed Haouas. Deux membres de l'encadrement sont par ailleurs considérés comme cas suspicieux, ajoute la FFR

"En vue d'un isolement, le retour au domicile des joueurs et des membres de l'encadrement concernés est en cours", précise le communiqué de la Fédération. "Le retour à un entraînement collectif est fixé à mercredi 24 février sous réserve des résultats des tests réalisés toutes les 24h", indique encore l'instance.

Sanofi et GSK lancent l'essai de la version reformulée de leur vaccin contre le Covid

Sanofi a lancé lundi un nouvel essai clinique dit de "phase 2" pour son principal candidat-vaccin contre le Covid-19 développé avec le britannique GSK, après la déception de la première version à l'automne, espérant le mettre à disposition au quatrième trimestre, a annoncé lundi le laboratoire français. "Cette nouvelle étude de phase II évaluera le potentiel d'une formulation affinée d'antigènes dans le but d'obtenir une réponse immunitaire optimale, en particulier chez les adultes plus âgés", affirme dans un communiqué le groupe. La précédente étude de phase I/II, pour ce vaccin initialement prévu pour l'été 2021, avait conclu en décembre à une efficacité insuffisante chez les personnes de plus de 50 ans. Ce vaccin est à protéine recombinante avec adjuvant, une technologie plus traditionnelle que les vaccins à l'ARN messager fabriqués par Pfizer et Moderna.

Par ailleurs, Sanofi va produire en France le vaccin de son concurrent américain Johnson & Johnson, comme il s'apprête également à le faire pour Pfizer-BioNTech, faute de pouvoir proposer à ce stade son propre vaccin. Sanofi se chargera de la formulation et du remplissage des flacons sur son site de Marcy-l'Etoile, près de Lyon, "à partir du troisième trimestre", "à un rythme d'environ 12 millions de doses par mois", affirme dans un communiqué le laboratoire qui précise garder pour "priorité" la mise au point de ses deux candidats-vaccins.

Déconfinement progressif en vue en Angleterre

Reconfinée début janvier, l'Angleterre entrevoit le bout du tunnel : les effets du "lockdown" et de la campagne de vaccination, qui bat son plein, se font sentir, avec une baisse du nombre de contaminations, d'hospitalisations et de morts. A tel point que le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi après-midi devant les députés son "plan déconfinement", qu'il veut "prudent" et "progressif". Les réouvertures devraient donc se faire par étapes, avec d’abord les écoles, le 8 mars. Suivraient ensuite le 12 avril les commerces non-essentiels, les bars et les restaurants en extérieur et les musées.

Si l’évolution sanitaire le permet toujours, le gouvernement britannique envisage un retour des supporters dans les stades à partir du 17 mai avec des jauges limitées : 10.000 personnes au maximum dans les stades en extérieur et 1.000 à l’intérieur. Boris Johnson table sur une levée de toutes les restrictions anti-Covid d’ici la fin du mois de juin. 

Selon une étude parue lundi dirigée par l'université d'Edimbourg, les vaccins anti-Covid de Pfizer/BioNTech et AstraZeneca/Oxford administrés dans le cadre de la campagne de vaccination en Ecosse ont entraîné une chute du risque d'hospitalisation liée au coronavirus dans cette nation du Royaume-Uni. De 85% avec le vaccin Pfizer et de 94% avec celui d'AstraZeneca, par rapport aux personnes n'ayant pas reçu le vaccin. 

Les Etats-Unis franchissent la barre des 500.000 morts  

Plus d'un demi-million de personnes sont décédées du Covid-19 aux Etats-Unis depuis le début de la pandémie, selon les chiffres relevés lundi de l'université Johns Hopkins, qui fait référence. Le seuil des 400.000 décès avait été dépassé il y a environ un mois seulement, en janvier, la veille de l'investiture de Joe Biden, qui a fait de la lutte contre la pandémie l'une de ses priorités de début de mandat. Le pays demeure, à ce jour, le plus endeuillé par le Covid-19, malgré une inflexion de la courbe depuis quelques semaines.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP