Coronavirus : 10.869 décès en France, "le confinement prolongé" au-delà du 15 avril

, modifié à
  • A
  • A
541 décès supplémentaires ont été dénombrés à l'hôpital en une journée en France.
541 décès supplémentaires ont été dénombrés à l'hôpital en une journée en France. © SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :
L'Elysée a annoncé un prolongement du confinement au-delà du 15 avril, sans toutefois en préciser la date de fin. Emmanuel Macron s'adressera aux Français lundi soir. La France compte 10.869 morts du coronavirus, avec 541 décès en 24 heures à l'hôpital. 
L'ESSENTIEL

L'Elysée a annoncé mercredi que le confinement serait prolongé au-delà du 15 avril, sans toutefois préciser la date de fin. Le bilan du coronavirus en France est monté mercredi soir à 10.869 morts, dont 541 décès supplémentaires en 24 heures à l'hôpital. Les Ehpad n'ont pas été en mesure de fournir un bilan actualisé en raison d'un problème technique. Le nombre de patients en réanimation est désormais de 7.148, soit 17 personnes de plus en une journée, le chiffre le plus bas depuis trois jours consécutifs. Sur le front économique, le pays est officiellement entré en récession, alors que pas moins de 5,8 millions de salariés sont au chômage partiel. 

Les principales informations à retenir :

  • Le confinement est prolongé au-delà du 15 avril, Emmanuel Macron s'adressera aux Français lundi soir
  • La France dénombre désormais 10.869 morts, dont 541 nouveaux décès en 24 heures à l'hôpital
  • Les Ehpad n'ont pas pu fournir de bilan ce mercredi en raison d'un problème technique 
  • Le PIB plonge de 6% au 1er trimestre, la France en récession
  • Pour l'OMS, ce n'est "pas le moment d'assouplir les mesures" en Europe

Le confinement prolongé, Emmanuel Macron s'exprime lundi soir

Prévu jusqu'au 15 avril, le confinement "va être prolongé", a annoncé ce mercredi soir l'Elysée, sans toutefois en indiquer la date de fin. Des précisions seront sans doute apportées par Emmanuel Macron lundi, alors qu'il doit de nouveau s'adresser aux Français dans une allocution qui se tiendra peu après 20 heures. C'est la quatrième fois que le chef de l'État prend la parole depuis le 12 mars.  

Cette nouvelle prise de parole est attendue : le président de la République l'avait lui-même annoncée, lors de sa visite à l'hôpital militaire de campagne à Mulhouse, le 26 mars. Il avait alors appelé à "l'union" pour mener "la guerre" contre l'épidémie de coronavirus, déclenchant l'opération militaire "Résilience" pour soutenir la population et promettant un "plan massif d'investissement" pour les hôpitaux et des primes exceptionnelles.

541 décès à l'hôpital en 24 heures, faible augmentation en réanimation

Le bilan de la pandémie approche à présent les 11.000 morts (10.869 exactement) en France. 541 nouveaux décès ont été recensés par les hôpitaux en 24 heures mercredi soir. Ce bilan ne comprend cependant pas les derniers chiffres des Ehpad, qui n'ont pu être remontés en raison d'un "problème technique", a reconnu Jérôme Salomon, directeur de Santé publique France. 

7.148 patients se trouvent actuellement en réanimation, soit une augmentation de 17 cas en une journée, la plus faible pour le troisième jour consécutif. Jérôme Salomon a toutefois rappelé que le nombre total de patients en réanimation est un "record absolu" en France. 

Le directeur de Santé publique France a également réitéré son appel aux Français à respecter les mesures de confinement. "Une vie est sauvée toutes les 8 minutes en restant chez soi. Restez chez vous", a-t-il imploré. 

La France entre en récession

Le produit intérieur brut (PIB) français a plongé d'environ 6% au premier trimestre 2020, plombé par l'épidémie de Covid-19 qui a mis une grande partie de l'économie à l'arrêt, selon une estimation publiée mercredi par la Banque de France. Il s'agit de la pire performance trimestrielle de l'économie française depuis 1945. Le PIB s'étant déjà replié de 0,1% au quatrième trimestre, selon les dernières données de l'institut national des statistiques Insee, la France est donc techniquement en récession.

Suspicion de cas à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle

Une quarantaine de marins du porte-avions français Charles de Gaulle portent depuis peu des "symptômes compatibles" avec le coronavirus et font l'objet d'une "observation médicale renforcée", a annoncé mercredi le ministère des Armées. "Dès aujourd'hui, une équipe de dépistage avec des moyens de test sera acheminée à bord du porte-avions afin d'investiguer les cas apparus et d'entraver la propagation du virus à bord du navire", a ajouté le ministère dans un communiqué.

938 nouveaux décès au Royaume-Uni, l'état de santé de Boris Johnson "s'améliore"

Avec un total de 60.325 morts (pour 762.625 cas), l'Europe est le continent le plus durement touché par la pandémie, qui a tué 84.435 personne autour du monde. L'Italie (17.669 décès) et l'Espagne (14.555) sont les pays européens les plus touchés, 

Au Royaume-Uni, le bilan s'est encore aggravé mercredi avec 938 nouveaux morts en 24 heures, un record, portant le bilan total de la pandémie à plus de 7.000 décès. 60.000 personnes y ont été officiellement contaminées. En revanche, l'état de santé du Premier ministre Boris Johnson, en soins intensifs depuis lundi, "s'améliore" a annoncé le ministre des Finances. "Il peut "s’asseoir sur son lit" et "parler" avec les soignants, a déclaré Rishi Sunak.

Record de décès dans l'Etat de New-York

Outre-Atlantique, les États-Unis ont dépassé mercredi la barre des 400.000 cas recensés, selon le comptage de l'université américaine Johns Hopkins actualisé en continu. La pandémie a fait au moins 12.912 morts dans le pays, en passe de devenir le nouvel épicentre de la maladie. Rien que dans l'Etat de New-York, 779 nouveaux décès ont été recensés en 24 heures. 

La branche européenne de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a d'ailleurs déclaré mercredi qu'en dépit de "signes positifs" observés dans certains pays, il était trop tôt pour réduire les mesures afin de contenir la propagation du nouveau coronavirus. "Ce n'est pas le moment d'assouplir les mesures. Il est temps de doubler et de tripler une fois de plus nos efforts collectifs en faveur de l'élimination (du virus), avec le soutien de la société tout entière", a affirmé Hans Kluge lors d'une conférence de presse diffusée en ligne depuis Copenhague. Il juge par ailleurs la situation en Europe encore "très préoccupante".