Coronavirus : des "ambassadeurs de prévention" à Roubaix, ville la plus infectée de France

, modifié à
  • A
  • A
Roubaix 1:36
À Roubaix, dans le Nord, la reprise épidémique est l'une des plus marquées sur le territoire. © Capture GoogleMaps
Partagez sur :
À Roubaix, aux portes de Lille, le taux d'incidence du coronavirus s'élève à 1.135 cas pour 100.000 habitants, soit l'un des plus élevés de France. Pour remédier à la situation, la mairie va envoyer dans les quartiers de cette ville particulièrement défavorisée des "ambassadeurs de prévention" pour rappeler les gestes de précaution.

Le département du Nord pourrait faire partie des départements qui sont susceptibles de passer en zone d'alerte maximale jeudi. C’est déjà le cas de la métropole de Lille, mais dans l'agglomération de la préfecture du Nord, une ville affiche un taux d'incidence du Covid-19 vertigineux : Roubaix. Il s'élève à 1.135 cas pour 100.000 habitants. Soit l'un des taux les plus élevés de France, dans une commune qui bat aussi des records de pauvreté.

Chez SOS Médecins à Roubaix, le docteur Platel constate 25% de cas positifs parmi sa patientèle, un chiffre multiplié par cinq en un mois. "Ce sont des gens dans la force de l'âge, des gens qui travaillent, des actifs…  Finalement, ce sont eux, à mon sens, qui sont la catégorie la plus touchée", relève-t-il auprès d’Europe 1.

Cette épidémie frappe de plein fouet une ville fragile, avec des quartiers pauvres et des logements bien souvent trop petits, ce qui favorise la circulation du virus dans les familles, selon Jean-Philippe Dancoine, adjoint au maire chargé de la santé. "Pour moi, cette situation reste principalement liée à la jeunesse de la population, et à la typologie de la famille roubaisienne", explique-t-il. "C'est une pathologie infectieuse, donc elle flambe. […] Une fois que les chiffres sont élevés, vous ne maîtrisez plus rien du tout."

Un manque de vigilance de la part des riverains

Le virus se multiplie, mais dans certaines familles, le docteur Platel observe aussi des comportements moins vigilants face aux virus. "On voit beaucoup de gens avec des masques qui ont déjà été utilisés, réutilisés et ré-réutilisés. Mis bout à bout, tout cela fait que probablement l'épidémie s'étend."

Alors, pour enrayer l'explosion de la maladie, la ville va lancer des ambassadeurs de prévention qui iront dans les quartiers pour rappeler le respect des gestes barrière.

Europe 1
Par Lionel Gougelot, édité par Rémi Duchemin