Coronavirus : où en est la course au vaccin ?

, modifié à
  • A
  • A
Le vaccin développé par Sanofi a passé une nouvelle étape avant la commercialisation, jeudi dernier. 1:16
Le vaccin développé par Sanofi a passé une nouvelle étape avant la commercialisation, jeudi dernier. © AFP
Partagez sur :
Le ministre de la Santé Olivier Véran a affirmé ce samedi qu'un vaccin sera prêt pour le printemps 2021. De son côté, Sanofi a annoncé une première estimation du prix d'une dose de ce remède, qui a franchi jeudi une nouvelle étape avant la commercialisation. 
DÉCRYPTAGE

La course au vaccin contre le coronavirus prendra fin en France "au plus tard au printemps 2021". C'est en tout cas ce qu'a affirmé ce samedi le ministre de la Santé Olivier Véran, lors d'une interview. Un délai très court, mais le ministre avance que les études progressent bien. L'Hexagone a d'ailleurs franchi une nouvelle étape cette semaine, avec le début jeudi dernier des essais cliniques du vaccin développé par le français Sanofi et son partenaire britannique, GSK.

Un vaccin français bien plus cher que les autres ?

Si bien qu'un prix pour ce vaccin très attendu, alors que l'ombre d'une seconde vague épidémique plane, se précise. Ce sera moins de 10 euros la dose, soit cinq fois plus cher que certains concurrents qui la promettent pour environ deux euros. Une différence de taille qu'Olivier Bogillot, le président de Sanofi France justifie notamment par l'absence quasi-totale de sous-traitance de la part de son laboratoire. 

300 millions de doses doivent être livrées en Europe en 2021

Dans tous les cas, Sanofi espère parvenir à fabriquer les 300 millions de doses promises à l'Europe en 2021. Mais ce vaccin ne sera certainement pas le premier à être mis sur le marché, puisqu'il n'est qu'en phase une et deux, alors que de nombreux concurrents, notamment Américains, en sont déjà à la phase 3, la dernière avant la commercialisation. Il y a donc fort à parier que le premier vaccin validé par l'OMS ne sera pas Français. D'ailleurs, l'organisation mondiale de santé a rappelé qu'elle ne cautionnerait pas un vaccin contre le Covid-19 s'il n'est pas sûr et efficace. 

Europe 1
Par Caroline Baudry, édité par Ugo Pascolo