Coronavirus : les résidents d'Ehpad se tiennent prêts à se faire vacciner

, modifié à
  • A
  • A
La campagne de vaccination commencera dans les prochains jours au sein des Ehpad. 1:10
La campagne de vaccination commencera dans les prochains jours au sein des Ehpad. © AFP
Partagez sur :
La campagne de vaccination commence dimanche en France, dans un hôpital de Seine-Saint-Denis et dans un Ehpad de Dijon, avant d'être étendue au reste du territoire. Partout dans le pays, les établissements accueillant des personnes âgées se tiennent prêts à organiser les premières injections du vaccin.

Les premières doses du vaccin conçu par les laboratoires Pfizer et BioNTech contre le Covid-19 arrivent samedi en France. Pour l'instant, ce sont seulement "quelques dizaines" de patients, selon Olivier Véran, qui recevront leur injection dimanche, au sein d'un hôpital de Sevran et d'un Ehpad de Dijon. La vaccination doit ensuite s'étendre à toute la France dès le début de l'année. Très éprouvés par la crise sanitaire, les Ehpad français attendent la campagne avec impatience. 

Des résidents impatients

Dans un établissement parisien, Robert a profité de sa visite de Noël pour aborder le sujet avec sa mère, une pensionnaire âgée de 88 ans. "Elle attend avec impatience le vaccin. Physiquement, le confinement lui a fait perdre beaucoup d’autonomie. Pour une personne comme elle qui a encore beaucoup de capacités, c’est vital de pouvoir ressortir", dit-il au micro d'Europe 1.

L'établissement se dit fin prêt à vacciner ses résidents. Peut-être faudra-t-il même recruter des soignants en plus, car ici la quasi-totalité des résidents souhaitent en bénéficier. Pour les pensionnaires incapables de se prononcer, ce sera au représentant légal de décider. Juliette va donc trancher pour sa maman. "Elle est à une maladie d’Alzheimer donc elle n'est plus en état de donner son consentement. Mais sa famille le donne. Si elle avait été consciente, je pense qu’elle l’aurait donné aussi." La direction de l'Ehpad espère administrer les premières doses dans une dizaine de jours. 

Europe 1
Par Nicolas Feldmann, édité par Laetitia Drevet