Coronavirus : condamné à 8 mois ferme pour avoir craché sur des policiers après une tentative de vol

  • A
  • A
Photo d'illustration
Photo d'illustration © AFP
Partagez sur :
Un homme qui, après avoir tenté de voler des masques chirurgicaux en pleine crise de coronavirus, a craché sur des policiers, a écopé de huit mois de prison ferme, a-t-on appris dimanche.

Huit mois de prison ferme : c'est la peine à laquelle a été condamné un homme qui, après avoir tenté de voler des masques chirurgicaux en pleine crise de coronavirus, a craché sur des policiers, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

L'homme, connu des services de police, a été condamné en comparution immédiate vendredi pour violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique et tentative de vol avec effraction, a indiqué le parquet de Montpellier. Sa peine a été assortie d'un mandat de dépôt et d’une interdiction de séjour dans le département de l’Hérault, a précisé le procureur.

 

L'homme a été pris en flagrant délit, jeudi soir, par une équipe de police. Vêtu d’une combinaison blanche, il tentait d’entrer par effraction dans la faculté de pharmacie. "Il semblerait qu’il allait voler des masques", a précisé David Leyraud, secrétaire régional adjoint Alliance Police Occitanie.

"J'ai le coronavirus !"

Durant son interpellation, cet homme s’est débattu et a craché sur les agents de police en affirmant être atteint du coronavirus. "Pendant sa garde à vue, l’individu a craché à plusieurs reprises sur les agents en hurlant 'j’ai le coronavirus !' et a tenté de mordre un fonctionnaire de police. Pour le maîtriser, les agents ont dû lui mettre un masque et le menotter", explique David Leyraud.

 

 

Lors de sa garde à vue, un médecin est venu ausculter l’individu et a constaté qu’il ne présentait aucun symptôme du Covid-19. "Nous faisons face à une multiplication de ce genre de faits. Des personnes postillonnent ou crachent volontairement en prétendant avoir le coronavirus lors de contrôles. La réponse judiciaire doit être ferme", a commenté David Leyraud.

Dimanche, un policier de Cagnes-sur-mer (Alpes-Maritimes) a tiré sur un automobiliste qui lui fonçait dessus lors d'un contrôle routier.