Avec le Covid-19, le manque de logements sociaux s'accroît en Île-de-France

  • A
  • A
Bâtiment Logements Logements Immobilier 1:25
Le nombre de logements sociaux construits chaque année est insuffisant, alertent les professionnels du secteur. © LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Le nombre de logements sociaux construits en Île-de-France n'est pas au niveau des besoins actuels, alertent des professionnels du logement. La crise du coronavirus et l'installation tardive des conseils municipaux dans la région expliquent cette situation, source de nombreuses "difficultés sociales".

Alerte à la pénurie de logements sociaux en Île-de-France : le nombre de nouveaux bâtiments construits chaque année baisse. Il y en a 40% de moins aujourd'hui qu'en 2016, par exemple. Avec la pandémie de coronavirus qui sévit depuis près d'un an, la situation continue de se détériorer. Il n'y aura que 21.000 logements sociaux construits en 2020, alors qu'il en faudrait 37.000 pour tenir les objectifs fixés par les autorités dans la région. Les professionnels s'alarment de manques criants pour assurer une véritable politique sociale en matière de logement.

Jean-Luc Vidon est inquiet : le président de l'Association des bailleurs sociaux d'Île-de-France estime qu'il aurait fallu presque deux fois plus de constructions de logements sociaux en 2020. "Il y a indéniablement un effet lié à la crise du Covid-19. Les dossiers ont pris du retard", explique-t-il. "Il y a eu un deuxième effet lié au report des élections municipales. Les nouvelles équipes se sont installées plus tardivement, ce qui n'a pas facilité la prise en compte de la question du logement."

Le nombre de demandes ne faiblit pas

Pendant ce temps, le nombre de demandes pour habiter en logement social continue d'augmenter. "C'est autant de solutions qui ne sont pas apportées en matière de constructions neuves à tous ceux qui souhaitent changer de logement, les personnes qui sont à la rue, les sans domicile fixe, ou les personnes dans un hôtel en attente de se faire attribuer un logement", résume Christophe Robert, le délégué général de la Fondation Abbé-Pierre, qui craint de nouvelles "difficultés sociales".

Christophe Robert demande donc une meilleure application de la réglementation actuelle, qui prévoit 20% à 25% de logements sociaux dans chaque ville. Aujourd'hui, en Île-de-France, près de la moitié des communes n'atteignent pas cet objectif.