À Chelles, la première réunion du conseil municipal "ressemble plus à un centre d’examen"

  • A
  • A
A Chelles, la plus grande salle de la commune a été aménagée pour organiser le premier conseil municipal. 1:36
A Chelles, la plus grande salle de la commune a été aménagée pour organiser le premier conseil municipal. © Claudia Bertram/Europe 1
Partagez sur :
A partir de samedi et jusqu’à jeudi, les équipes municipales élues au premier tour dans plus de 30.000 communes vont pouvoir élire leur maire officiellement. Les conseils municipaux d’installation peuvent se tenir physiquement. A Chelles, en Seine et Marne, le maire sortant réélu a tout prévu pour tenir son conseil municipal samedi matin, dans le respect des règles sanitaires.
REPORTAGE

Seuls quelques jours sont habituellement nécessaires pour que les maires prennent leurs fonctions mais, à cause du coronavirus, il aura cette fois fallu attendre plus de deux mois. Samedi matin, à Chelles en Seine-et-Marne, s'est tenu le premier conseil municipal dans le respect des règles sanitaires, avec des tables espacées les unes des autres : "Si vous enlevez les nappes bleu-blanc-rouge ça ressemble plus à un centre d’examen qu’à un conseil municipal", ironise le maire Brice Rabaste, au micro d'Europe 1.

Le maire sortant réélu a tout fait pour amener une ambiance républicaine au centre culturel. "On a essayé de recréer autant que possible les conditions d’une salle de conseil municipal, donc vous avez la Marianne, le drapeau français, le drapeau européen et le drapeau de la ville de Chelles." 45 élus ont été rassemblés dans la plus grande salle de la ville, qui peut accueillir jusqu’à 600 personnes. Le public n'est en revanche pas convié.

"Toutes les règles ont été respectées"

"Nous aurons un masque, il y aura du gel. Je pars tout à fait rassurée", déclare la doyenne de l’équipe municipale, Michèle Dengreville, 79 ans, qui préside la séance : "Toutes les règles ont été respectées, la salle est très grande donc nous avons pu espacer à un mètre chaque bureau."

Pas question de faire traîner en longueur le conseil municipal qui est réduit au strict minimum. Mais son installation devenait pressante selon Brice Rabaste : "Incontestablement la période que nous venons de vivre n’était pas simple parce que l'on a dû mettre en arrêt un certain nombre de choses. C’est bien que ces conseils municipaux soient faits pour que juridiquement on sorte de cette période d’instabilité inconfortable."

Les  prochains conseils municipaux se feront de manière dématérialisée. Le fonctionnement des institutions ne va donc pas reprendre son cours normal de si tôt. Et pour les communes n'ayant pas élu leur maire au premier tour, une campagne inédite s'annonce avec la tenue du second tour le 28 juin.

Europe 1
Par Claudia Bertram édité par Antoine Cuny-Le Callet