Coronavirus : Olivier Véran promet un accès aux tests "facilité" d'ici la fin du mois

, modifié à
  • A
  • A
L'accès aux tests du Covid-19 va s'améliorer d'ici "deux à trois semaines", a affirmé Olivier Véran samedi.
L'accès aux tests du Covid-19 va s'améliorer d'ici "deux à trois semaines", a affirmé Olivier Véran samedi. © Bertrand GUAY / AFP
Partagez sur :
"Que les Français se rassurent, d'ici deux, trois semaines au plus tard, l'accès aux tests sera facilité", a promis le ministre de la Santé samedi sur BFM TV, les délais actuels étant imputables, selon lui, aux nombreuses personnes qui se font tester à leur retour de vacances.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a affirmé samedi sur BFMTV que l'accès aux tests du Covid-19 allait s'améliorer d'ici "deux à trois semaines", alors que les délais pour les prélèvements et les résultats se sont nettement allongés dans les laboratoires. "Il y a un délai d'accès aux laboratoires pour se faire tester, des files d'attente à Paris ou ailleurs et actuellement il faut en moyenne 3,5 jours pour se faire tester", a reconnu le ministre, lors d'un entretien avec Ruth Elkrief.

 

"Que les Français se rassurent, d'ici deux, trois semaines au plus tard, l'accès aux tests sera facilité", a-t-il promis, les délais actuels étant imputables, selon lui, aux nombreuses personnes qui se font tester à leur retour de vacances. Le ministre, lui-même testé négatif vendredi, a par ailleurs affirmé que 80% des personnes qui se font tester avaient un résultat dans les 36 heures, et a rappelé que la priorité avait été donnée aux porteurs de symptômes et aux cas contacts.

Vers une période d’isolement plus courte ?

"Il y a des milliers de laboratoires qui sont actifs, des dizaines de milliers de personnes qui y travaillent et qui sont à fond semaine après semaine", a-t-il également expliqué, disant ne pas pouvoir "aller au-delà de ce qu'(il) leur demande en termes de rapidité". Plus d'un million de tests sont désormais réalisés par semaine, soit près de 9 millions réalisés en tout depuis le début de l'épidémie, selon les données du ministère de la Santé.

 

 

Olivier Véran a par ailleurs demandé "aux autorités scientifiques de donner un avis pour savoir si on ne peut pas réduire" la période d'isolement de 14 jours, préconisée pour les cas contacts, estimant que "cette fameuse quatorzaine (...) est sans doute trop longue".

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP