Masques obligatoires en extérieur : une réponse au "doublement du nombres de cas" à Lille

, modifié à
  • A
  • A
Le masque va devenir obligatoire dans les rues de Lille lundi. 1:21
Le masque va devenir obligatoire dans les rues de Lille lundi. © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
Le masque va devenir obligatoire à Lille dans les espaces publics extérieurs dès lundi. Étienne Champion, directeur de l'Agence régionale de Santé des Hauts-de-France, explique pourquoi cette mesure était nécessaire, en complément d'autres actions de prévention.

Les Lillois vont devoir s'habituer au masque à l'extérieur. Lundi matin, il va devenir obligatoire dans la métropole européenne de Lille comme l'a annoncé le préfet du Nord, Michel Lalande. Cette mesure concerne 94 communes de la métropole, soit 1 million 250.000 habitants. Pour Étienne Champion, directeur de l'Agence régionale de Santé des Hauts-de-France, elle était essentielle pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Des régulations et une campagne de sensibilisation

"On constate un doublement du nombre de cas sur la métropole européenne de Lille en une semaine. C'est donc, évidemment, une dynamique qui nous inquiète", explique-t-il. Ainsi, le port du masque devient obligatoire "dans toutes lez zones denses de la métropole" : zones piétonnes, les parkings, galerie commerciales, marchés de plein air, aux abords des gares, des aéroports et également dans les espaces verts.

Cette mesure est "la plus spectaculaire" mais ce n'est pas la seule. "Des régulations renforcées des personnes en Ehpad, pour protéger les personnes fragiles" et "une campagne de sensibilisation, de promotion des gestes barrières et de l'application StopCovid qui va se faire sur les réseaux sociaux et sur internet" vont également avoir lieu, détaille Etienne Champion. L'application StopCovid est "une très bonne solution pour profiter [...] des lieux festifs et lutter contre l'épidémie", juge le directeur de l'ARS des Hauts-de-France, indiquant penser aux "jeunes et moins jeunes, qui mangent et boivent et ne peuvent pas toujours porter le masque".

Europe 1
Par Maximilien Carlier, édité par Guilhem Dedoyard