Le regard de Malek Boutih, touché par la polio enfant, sur la fin de la maladie en Afrique

, modifié à
  • A
  • A
Malek Boutih était l'invité de la matinale d'Europe 1 1:34
Malek Boutih était l'invité de la matinale d'Europe 1 © Europe 1
Partagez sur :
Invité de la matinale d'Europe 1, Malek Boutih, ancien député PS de l'Essonne et ex-président de SOS Racisme, est revenu sur l'éradication annoncée de la polio en Afrique, maladie qu'il a lui même contracté lorsqu'il était enfant. Il affirme qu'aujourd'hui, en pleine crise sanitaire, "la confiance dans la science doit être une boussole pour tout le monde."
INTERVIEW

Quatre ans après l'apparition des derniers cas dans le Nord-Est du Nigéria, l'Organisation mondiale de la Santé a certifié que le continent africain était "libéré" du virus de la poliomyélite. "Je suis bluffé par les résultats, c’est une super nouvelle pour Afrique", s'est réjoui Malek Boutih ce mercredi. Au micro d'Europe 1, l'ancien président de SOS Racisme, qui a lui-même contracté la maladie à l'âge de neuf mois lorsqu'il vivait dans un bidonville de Nanterre, est revenu sur la lutte contre la polio.

"En quelques années, l’OMS a réussi un travail énorme", s'est enthousiasmé l'ancien député de l’Essonne, rappelant que cette maladie est "très difficile, mortelle pour beaucoup, et laisse des séquelles très graves aux personnes qui la contractent".

"Ça a été une campagne de longue haleine pour éradiquer la maladie en France"

"On doit la découverte du vaccin à une équipe française autour du Professeur Debré", souligne Malek Boutih, qui explique qu'y compris en France, avant les années 1960, de nombreuses personnes "surtout des gens pauvres, via les eaux usées" contractaient la polio dans les campagnes et dans les villes. "Ça a été une campagne de longue haleine pour éradiquer la maladie en France, mais elle continue à faire des ravages sur d'autres continents", rappelle-t-il.

Lorsqu'il a été élu député de l'Essonne, une des premières initiatives de Malek Boutih a été de donner une partie de sa réserve parlementaire à l’hôpital où il avait été admis quand il était enfant, un "moment super et très émouvant", raconte-t-il au micro d'Europe 1.

Interrogé sur la montée du mouvement anti-vaccin en France, l'ancien président de SOS Racisme affirme que "sur Internet, il y a peut-être beaucoup de gens qui participent de ce mouvement, mais le jour où il existera un vaccin contre le Covid-19, je ne suis pas certain qu’ils resteront à coté". Parce qu'un vaccin a permis de lutter contre la polio, "le vaccin a fait ses preuves". "La confiance dans la science doit être une boussole pour tout le monde", conclut Malek Boutih.

Europe 1
Par Ariel Guez