Les seniors forcés de rester confinés plus longtemps ? "C'est complètement injuste !"

, modifié à
  • A
  • A
Coronavirus Confinement 1:44
Confinés depuis le 17 mars, les seniors français pourraient le rester au-delà du 11 mai. © AFP
Partagez sur :
Après le 11 mai, date jusqu'à laquelle le confinement a été prolongé par Emmanuel Macron, les seniors pourraient devoir rester chez eux plus longtemps, afin de limiter la propagation de l'épidémie. Certains, interrogés par Europe 1, s'y montrent opposés.

Les seniors vont-ils rester confinés plus longtemps que les autres après le 11 mai ? Peut-être le faudra-t-il, mais les scénarios divergent sur une date de fin de confinement pour eux : jusqu'à ce qu'on trouve un médicament contre le coronavirus, comme l'a déclaré devant l'Assemblée nationale Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique ? Jusqu'à la fin de l'année 2020, comme le disait la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen ?

Autre question : s'agira-t-il d'une recommandation ou d'une mesure imposée ? Cela devrait être précisé dans le plan de déconfinement du gouvernement, rendu public d'ici 10 jours. Mais une partie des seniors, en forme, n'entend pas s'y plier. C'est une forme de discrimination pour Jacques, un Toulousain de 69 ans qui avoue un peu d'embompoint : "Si je suis confiné chez moi, sous prétexte d'être à risque ou un peu âgé, et que je vois dans la rue des gens qui jouent, comme avant, je me dirais que c'est un peu bizarre", observe-t-il. "En Corée du Sud, ils ont fait encore plus et ça a marché", lui objecte son épouse, Françoise, 65 ans. "Donc s'il faut qu'on reste un peu plus enfermés, alors restons enfermés pour que ça puisse marcher au bout du compte."

"Une sorte de ségrégation"

Marie, parisienne et professeur à la retraite de plus de 70 ans, n'envisage pas du tout de rester confinée encore plusieurs mois : "Je le prendrais très, très mal", lâche-t-elle. "Même si j'ai 75 ans, je suis en pleine forme, je n'ai pas de maladie, je bouge tous les jours et je fais du sport. Je n'ai pas du tout envie de mettre ma vie entre parenthèses."

La septuagénaire va plus loin : "C'est complètement injuste ! C'est une sorte de ségrégation : parce qu'on a atteint 70 ans, on nous cache, on nous isole, on nous empêche de vivre. On perd des mois de vie alors qu'on n'a plus le temps de les perdre."

Une mesure "anticonstitutionnelle" ?

Comme l'affirmait jeudi matin le généticien Axel Kahn sur Europe 1, un confinement pour une catégorie de la population serait "anticonstitutionnel". Mais selon des juristes qu'Europe 1 a interrogés, des recours auraient peu de chances d'aboutir en situation d'état d'urgence sanitaire.