La vie après le coronavirus : "Quand est-ce que je pourrais enfin respirer normalement ?"

  • A
  • A
coronavirus domicile 1:33
Même chez les formes les plus légères de coronavirus, ne nécessitant pas d'hospitalisation, les patients gardent certaines séquelles. © AFP
Partagez sur :
Même chez les formes les plus légères de coronavirus, ne nécessitant pas d'hospitalisation, les patients gardent certaines séquelles : difficultés respiratoires, pression sur la poitrine, perte de goût et d'odorat... Néanmoins, aucun cas clinique de rechute grave n'a été observé. 

En France, le nombre de cas confirmés de Covid-19 a atteint mercredi les 147.863 personnes. Mais des dizaines de milliers de Français sont restés chez eux, probablement atteints mais pas testés, et sans complications nécessitant une hospitalisation. Pourtant, même dans les formes les plus légères, le coronavirus laisse des séquelles aux malades. Plusieurs semaines après l’apparition des premiers symptômes, certaines douleurs, gênes, persistent. Laurent, qui a contracté le virus il y a un mois, a accepté de témoigner sur Europe 1.

Pression sur le thorax, anosmie : les symptômes qui perdurent 

"J’aimerai quand même savoir quand est ce que cet essoufflement va s’arrêter  ? Et quand est ce que je pourrais enfin respirer normalement, et ne plus penser à ce virus...", confie-t-il. Entre la fatigue, les problèmes respiratoires et les pressions sur le thorax, il est inquiet.

Autre symptôme qui persiste chez certains patients, la perte du goût et de l’odorat. "L'anosmie et l’agnosie, qui sont des signes assez gênants mais pas graves en soi, semblent assez durables et probablement liés à des atteintes neurologiques", explique Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Tenon.

De nouveaux symptômes ? 

Plus de 500 chercheurs de 38 pays ont lancé mercredi une vaste enquête mondiale pour mieux comprendre ce phénomène. Autre étude lancée, cette fois en France, sur des lésions cutanées. Marie Beylot-Barry, présidente de la société française de dermatologie, a relevé une fréquence anormale de certaines manifestations de type engelures "C'est-à-dire des liaisons violacées au niveau des extrémités au niveau des orteils, des doigts", précise la présidente. "C’est peut-être lié au Covid mais il faudra encore le prouver."

Il faudra donc multiplier les tests pour faire le lien entre ces symptômes et le coronavirus. Mais pour rassurer les patients infectés il y a déjà plusieurs semaines, aucun cas clinique de rechute grave n’a été enregistré à ce jour.